Vous recherchez une actualité
Actualités

SURDITÉ: La thérapie génique récrée des cellules ciliées sensorielles

Actualité publiée il y a 7 années 4 mois 1 semaine
Journal of Neuroscience

La régénération des cellules ciliées sensorielles, qui produisent des signaux électriques en réponse aux vibrations dans l'oreille interne, pourrait être une thérapie de choix de la perte auditive liée à l’âge ou à un traumatisme. Et la thérapie génique pourrait permettre le développement de nouvelles cellules ciliées sensorielles. C’est ce que viennent de montrer ces chercheurs de l'Emory University qui par introduction d'un gène appelé Atoh1 dans la cochlée sont parvenus à induire la formation de cellules ciliées sensorielles supplémentaires. Chez la souris jeune. Des résultats néanmoins prometteurs publiés dans l’édition du 9 mai du Journal of Neuroscience.

Ces résultats montrent le potentiel d'une approche par thérapie génique, mais, aussi, ses limites actuelles. Ces cellules ciliées supplémentaires produisent bien des signaux électriques, comme les cellules ciliées normales et se connectent avec les neurones, comme les cellules normales. Mais, dès que les souris sont moins jeunes, âgées de 2 semaines (soit l'équivalent de la puberté), l'introduction d'Atoh1 n'a que peu d'effet. Cela pose la question de l'adaptation du process chez l'adulte. Néanmoins, les chercheurs démontrent que la régénération des cellules ciliées est possible. Le Pr Chen Ping, professeur agrégé de biologie cellulaire à l'Emory University School of Medicine explique "Nous avons montré que les cellules sont capables de devenir des cellules ciliées sous l'influence du gène Atoh1 mais nous montrons aussi les limites des fonctions d'Atoh1 avec l'âge ».


Faire repousser les cellules ciliées : Michael Kelly, co-auteur, a conçu un modèle de souris pour activer le gène Atoh1 dans l'oreille interne (en réponse à l'antibiotique doxycycline). De précédentes expériences avaient utilisé un virus pour introduire Atoh1 dans la cochlée des animaux. Cette approche ressemble à la thérapie génique, mais présente l'inconvénient d'être légèrement différente à chaque fois, dit Chen. En revanche, avec son procédé, les souris ont le gène Atoh1 activé dans les cellules de l'épithélium cochléaire, mais seulement lorsqu'elles reçoivent la doxycycline. Au bout de 2 jours, ces souris présentent de nouvelles cellules ciliées sensorielles, capables de générer des signaux électriques, même si ces signaux ne sont pas aussi forts que ceux des cellules ciliées matures. En outre, ces cellules ciliées supplémentaires semblent attirer les fibres neuronales, ce qui suggère que ces signaux pourraient se connecter au reste du système nerveux.

Repousser les limites de l'âge : De plus, en culture, les mêmes cellules ciliées se développent encore plus rapidement en contact avec un médicament qui inhibe la voie Notch, une voie biologique impliquée dans plusieurs aspects du développement embryonnaire. L'effet de ce médicament montre, selon les chercheurs, qu'il pourrait être possible de repousser les limites de l'âge. « Nos prochains objectifs sont de développer des approches pour stimuler la formation de cellules ciliées chez des animaux âgés, et d'examiner la récupération fonctionnelle après l'induction Atoh1 ». Une étude qui participe aux débuts de la thérapie génique appliquée à l'audition.

Autres actualités sur le même thème