Vous recherchez une actualité
Actualités

DÉVELOPPEMENT: Même avec un QI élevé, l'apnée chez l'enfant doit être traitée

Actualité publiée il y a 4 années 6 mois 4 semaines
International Journal of Pediatric Otorhinolaryngology

On sait que l’apnée et un sommeil de mauvaise qualité sont associés, chez l’enfant, comme chez l’adulte à un moins bon apprentissage. Pourtant, la plupart du temps, la question du traitement de l’apnée, chez les enfants à Q.I. très élevé, aux bons résultats scolaires, ne se pose pas. Cette étude de l’Université du Michigan montre que surveiller la qualité du sommeil est tout aussi important lorsque l’enfant est performant. Les conclusions, publiées dans l’International Journal of Pediatric Otorhinolaryngology appellent les médecins comme les parents prêter attention, quel que soit le comportement et la performance de l’enfant, au ronflement, aux troubles de la respiration et autres symptômes de l'apnée obstructive du sommeil.

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

Les auteurs rappellent que l'amygdalectomie peut conduire à des améliorations du comportement chez les enfants en difficulté à l'école ou à la maison : « un clinicien qui reçoit un patient pédiatrique qui a des problèmes à l'école, pose des questions sur le sommeil ». Leur étude a suivi 147 enfants, âgés de 3 à 12 ans, atteints de syndrome d'apnée obstructive du sommeil (SAOS) et devant subir, pour cette raison, une amygdalectomie. Les parents ont renseigné le sommeil et le comportement de leur enfant et les enfants participants ont passé des tests de sommeil en laboratoire. Les enfants participants présentaient toute une gamme de Q.I. de faible à élevé. Quel que soit le Q.I., l'analyse montre que :


· les enfants, souffrant d'apnée obstructive du sommeil sont remuants, manquent de capacité de concentration, et sont souvent hyperactifs, parce qu'ils font tout ce qu'ils peuvent pour rester éveillés.

· 6 mois après l'intervention, une amélioration similaire du sommeil et du comportement, quel que soit le Q.I.,

· même lorsque les problèmes de comportement sont minimes, cette amélioration apparaît encore possible.

« Quel que soit le niveau intellectuel, nous pouvons nous attendre à une amélioration comportementale avec un meilleur sommeil," explique l'un des auteurs, le Dr Bruno Giordani, professeur de neurologie, de psychiatrie, de psychologie et de soins infirmiers. « Une fois que le comportement s'améliore, l'attention à l'école s'améliore aussi, tout comme l'équilibre émotionnel et le contrôle de soi et de l'impulsivité.

Sur les indications de l'amygdalectomie : la décision d'intervention est non seulement fonction du degré d'hypertrophie des amygdales mais aussi liée à la gravité des troubles respiratoires et des problèmes de sommeil. Si l'ablation des végétations et des amygdales est un traitement chirurgical de choix dans l'apnée obstructive du sommeil chez l'enfant, cette procédure n'est encore étayée que par quelques études, dont cette récente étude publiée dans le New England Journal of Medicine qui a déjà suggéré que l'amygdalectomie précoce permet non seulement de réduire les symptômes d'apnée chez l'enfant modérément atteints, mais aussi d'améliorer son comportement et globalement sa qualité de vie. Ainsi, en seconde intention, « le médecin peut aussi penser en termes de comportement de l'enfant et en attendre un bénéfice neurocomportemental », soulignent ici les auteurs.

Ces nouvelles données suggèrent que les signes d'apnée du sommeil ne doivent donc pas être ignorés, et chez aucun enfant, parce que tous les enfants même ceux ayant un QI plus élevé vont bénéficier de ce diagnostic et du traitement du SAOS.

Autres actualités sur le même thème