Vous recherchez une actualité
Actualités

DIABÈTE : L’excès d’alcool mène vite à l’hypertension

Actualité publiée il y a 1 année 3 semaines 4 jours
JAHA
Les personnes atteintes de diabète de type 2 encourent déjà un risque accru d'HTA, l'alcool précipite ce risque (Visuel Adobe Stock 62404725)

Selon l'American Heart Association (AHA) notamment, une consommation excessive d'alcool peut augmenter le risque d'hypertension artérielle (HTA), et les personnes atteintes de diabète de type 2 encourent déjà un risque accru d'hypertension artérielle. Cette étude présentée dans le Journal de l’AHA précise l’immédiateté du risque : plus d'un verre de boisson alcoolisée par jour peut très rapidement augmenter le risque d’HTA chez les adultes diabétiques de type 2.

 

En population générale, la modération est déjà de mise lorsqu’il s’agit de la consommation de boissons alcoolisées. Cette recherche, la première grande étude à étudier spécifiquement l'association de la consommation d'alcool et de l'hypertension chez les adultes atteints de diabète de type 2, menée chez plus de 10.000 diabétiques, conclut que la consommation de 8 boissons alcoolisées ou plus par semaine suffit à augmenter le risque d'hypertension artérielle chez ce groupe de patients. L’auteur principal de l'étude, le Dr Matthew J. Singleton, de la Wake Forest University School of Medicine (Caroline du Nord) rappelle que les études précédentes ont suggéré qu'une forte consommation d'alcool était associée à une pression artérielle élevée, cependant, l'association avec l’HTA n’a jamais été vraiment démontrée.

Diabète de type 2, consommation d’alcool et risque cardiovasculaire exacerbé

L’équipe a examiné la relation entre la consommation d'alcool et la tension artérielle chez plus de 10.000 patients diabétiques âgés en moyenne de 63 ans et à 61% des hommes, participant à l'essai ACCORD (Action to Control Cardiovascular Risk in Diabetes), l'un des plus grands essais à long terme visant à comparer différentes approches de traitement pour réduire le risque de maladie cardiaque en cas de diabète de type 2. Tous les participants étaient diabétiques depuis en moyenne 10 ans avant inclusion dans l’étude et présentaient un risque accru d'événements cardiovasculaires en raison d’une maladie cardiovasculaire préexistante ou d’au moins 2 facteurs de maladie cardiovasculaire. Leur consommation d'alcool autodéclarée a été évaluée comme :  

  • inexistante,
  • Légère : 1 à 7 verres par semaine ;
  • modéré : 8 à 14 verres par semaine ;
  • excessive : 15 verres ou plus par semaine.

La pression artérielle a été classée selon les directives de l'American College of Cardiology et de l’AHA comme :

  • normale : inférieure à 120/80 mm Hg ;
  • élevée : 120-129 / <80 mm Hg ;
  • hypertension artérielle de stade 1 : 130-139 / 80-89 mm Hg ;
  • hypertension artérielle de stade 2 : 140 mm Hg / 90 mm Hg ou plus.

La plupart des participants prenaient déjà un ou plusieurs médicaments contre la pression artérielle et l'analyse des lectures de tension artérielle a donc été ajustée pour tenir compte des effets des médicaments et prendre en compte le degré sous-jacent d'hypertension artérielle.

L’analyse constate que :

  • la consommation d'alcool légère n'est pas associée à une pression artérielle élevée ou à l'un ou l'autre des stades de l'hypertension artérielle ;
  • une consommation modérée d'alcool s’avère en revanche associée à une augmentation de :
    • 79% du risque d’HTA ;
    • 66% du risque d’HTA de stade 1 ;
    • 62% du risque d’HTA de stade 2.
  • une consommation excessive d'alcool est associée à une augmentation de :
    • 91% du risque de tension artérielle élevée ;
    • 149% du risque d’HTA de stade 1 ;
    • 204% du risque d’HTA de stade 2.
  • plus la consommation d'alcool est élevée, plus le risque et la sévérité de l’HTA augmentent.

 

 

Ainsi, si quelques études ont suggéré qu’une consommation d'alcool légère à modérée peut avoir des effets positifs sur la santé cardiovasculaire en population adulte, la consommation d'alcool modérée et élevée accroît irrémédiablement le risque de HTA chez les patients diabétiques de type 2. Chez ce groupe de patients, une modification du mode de vie, y compris la réduction de la consommation d'alcool doit être envisagée.

Certes, l'étude présente plusieurs limites, notamment le fait que la consommation d'alcool était autodéclarée à l’inclusion seulement.

Cependant, elle sensibilise au fait que si les personnes atteintes de diabète de type 2 présentent déjà un risque accru d‘HTA, la consommation d’alcool va « précipiter » ce risque.

Autres actualités sur le même thème

ABONNEMENT PREMIUM

Accédez sans limite à plus de 15 000 actualités