Vous recherchez une actualité
Actualités

DIABÈTE, OBÉSITÉ : La protéine qui fait de la mauvaise graisse

Actualité publiée il y a 2 années 9 mois 1 semaine
Diabetes

Cette protéine qui entrave la capacité positive de la graisse brune et beige à brûler de l’énergie, explique cette équipe de à l'Université d'Augusta (Géorgie), constitue une nième piste de recherche pour lutter contre le surpoids et l’obésité : en ciblant et en inhibant la protéine Id1, c’est un facteur de risque important de diabète et d'obésité qui pourrait être éliminé. Cette nouvelle étude sur la voie de la graisse brune désigne ainsi, dans la revue Diabetes, une nouvelle cible moléculaire pour inverser ces deux pathologies souvent associées.

L'obésité se produit généralement parce que nous mangeons trop et / ou dépensons trop peu d'énergie. Lorsque nous n'utilisons pas le carburant que nous consommons tout de suite, notre corps le transforme en un type de graisse, appelé triglycérides, stocké sous forme de graisse blanche pour, dans l'idéal l'utiliser plus tard si besoin et en cas d'apport alimentaire et énergétique insuffisant. Une accumulation de cette graisse blanche ou des taux élevés de triglycérides dans le sang prédit un risque majeur de maladies cardiaques, de diabète et autres comorbidités chroniques. De nombreuses recherches portent aujourd'hui sur le tissu adipeux brun ou graisse brune, bénéfique, qui brûle et fournit de l'énergie. En particulier, parvenir à transformer par thérapie génique ou par exposition au froid la graisse blanche en graisse brune permettrait de lutter contre la prise de poids voire de parvenir à la perte de poids. D'autant qu'avec le vieillissement il devient plus difficile de maintenir voire développer la graisse brune, ce qui constitue l'un des facteurs de prise de poids avec l'âge. Cette nouvelle recherche montre qu'en cibler Id1, il pourrait être possible d'augmenter la graisse brune.


Cette étude menée sur des souris modifiées pour présenter des niveaux élevés de Id1 permet également de mieux comprendre pourquoi nous avons tendance à prendre du poids en vieillissant. L'étude montre que des niveaux élevés de la protéine réduisent la conversion de la graisse blanche malsaine en graisse beige bénéfique et indique que la protéine est un facteur de risque important pour le diabète et l'obésité. Ainsi, mise sous régime alimentaire riche en matières grasses, ces souris sur-exprimant Id1 ont gagné beaucoup plus de poids que leurs homologues. Ces souris prennent même du poids avec un régime alimentaire normal.

ID1 à niveaux élevés favorise le diabète et l'obésité : En effet, la protéine se lie directement aux régulateurs clés du tissu adipeux brun qui transforment les aliments que nous mangeons en énergie. Ces niveaux élevés d'Id1 suppriment ainsi la capacité à brûler de l'énergie de la graisse brune en se liant et en supprimant l'action d'un facteur de transcription clé, PGC1α qui contrôle normalement la thermogenèse, en régulant une autre protéine, Ucp1, qui permet aux mitochondries des cellules de graisse brunes d'être plus efficaces. Enfin, Id1 supprime directement Ebf2, un autre facteur de transcription trouvé à des niveaux élevés dans la graisse brune et qui contribue aussi à convertir la graisse blanche en graisse beige plus saine.

-À l'inverse, une carence en Id1 augmente l'expression de 2 gènes impliqués dans la production de graisse beige ainsi que celle de la protéine Ucp1.

-Ce qui active Id1 n'est pas clair, mais il est probable, expliquent les chercheurs que les cytokines abondantes dans l'inflammation et la graisse, pourraient avoir une part de responsabilité.

Une cible moléculaire prometteuse pour inverser le diabète et l'obésité : cibler Id1 permettrait de réduire le risque d'obésité et de comorbidités, explique l'auteur principal, le Dr Satya Ande, biologiste moléculaire à l'Université d'Augusta. Son équipe travaille aujourd'hui à sélectionner des composés capables d'éliminer ou d'inhiber Id1 et favoriser ainsi activement la combustion de l'énergie.

Autres actualités sur le même thème