Actualités

DIABÈTE : Sa rémission associée à un seuil de graisse personnel tolérable

Actualité publiée il y a 3 mois 1 semaine 1 jour
EASD et Diabetologia
La rémission du diabète de type 2 est possible, à condition de revenir en deçà d’un seuil de poids corporel ou « seuil de graisse » personnel (Visuel Adobe Stock 223040221)

Cet essai britannique, présenté lors de la Réunion annuelle de l'Association européenne pour l'étude du diabète (EASD) conclut que la rémission du diabète de type 2 est possible, à condition de revenir en deçà d’un seuil de poids corporel ou « seuil de graisse » personnel. En d’autres termes, chaque patient aurait un seuil d’adiposité critique sur le plan métabolique, et même les personnes diabétiques, de faible poids corporel. Ces données, à paraître dans la revue Diabetologia, soutiennent clairement que le diabète de type 2 est causé par les mêmes facteurs chez les personnes de poids normal et chez les personnes en surpoids ou obèses.

 

70 % des personnes de poids « normal » atteintes de diabète de type 2 entrent en rémission en perdant environ 10 % de leur poids corporel, révèle cette étude. Chacun aurait donc une limite tolérable de graisse dans le foie et dans le pancréas, avant le développement d’un diabète de type 2. Chacun aurait aussi l’opportunité de rentrer en rémission en revenant en deçà de cette quantité de graisse tolérable.

Tout le monde a un « seuil de graisse personnel »

La forme la plus courante de diabète, le type 2, survient lorsque le pancréas ne peut pas fabriquer suffisamment d'insuline ou que l'insuline qu'il fabrique ne fonctionne pas correctement. Un indice de masse corporelle (IMC) > 30 est un facteur de risque reconnu de diabète de type 2, cependant tous les patients diabétiques ne sont pas en surpoids. Environ 15 % des diagnostics de diabète de type 2 sont ainsi posés chez des personnes de poids normal.

 

L'étude ReTUNE (Reversal of Type 2 Diabetes upon Normalization of Energy Intake in the Non-obese) a examiné si la perte de poids pouvait inverser le diabète chez les personnes ayant un IMC égal ou juste au-dessus de la plage « normale » (IMC <27 kg/ m2), précisément chez 20 participants, hommes et femmes diabétiques de type 2, âgés de 59 ans en moyenne et avec IMC moyen de 24,8 kg/m2. Les participants, appariés à 20 témoins sains, ont suivi un programme de perte de poids par restriction calorique pendant 2 semaines, suivis de 4 à 6 semaines de stabilisation de la perte poids 3 cycles de ce programme ont été effectués jusqu'à une perte de 10 à 15 % de poids corporel.

 

  • 70 % des participants atteints de diabète de type 2 sont entrés en rémission, la rémission étant définie par un taux d’HbA1c <48 mmol/mol pendant au moins 6 mois, sans prise de médicament ;
  • en moyenne, les participants avaient perdu 7,7 kg à la rémission, soit 10,7 % du poids initial ;
  • leur poids est resté stable entre 6 et 12 mois ;
  • leur IMC moyen est passé de 24,8 à 22,4 et la graisse corporelle totale est passée de 32,1 % à 27,7 %. (Les témoins non diabétiques avaient un IMC moyen de 21,5 et un taux de 24,6 % de graisse corporelle) ;
  • des examens IRM montrent une diminution considérable de la quantité de graisse dans le foie et le pancréas ; celle-ci environ 3 fois plus élevée chez les participants diabétiques vs témoins est tombée à 1,4 %, proche du niveau sain. La graisse dans le pancréas est passée d'une moyenne de 5,8 % à 4,3 % ;
  • l'activité des cellules productrices d'insuline est revenue à la normale.

 

Pris ensemble, ces résultats démontrent que le diabète de type 2 est causé par les mêmes facteurs chez les personnes de poids normal que chez les personnes en surpoids ou obèses. Alors que les médecins supposent généralement que le diabète de type é a une cause différente chez les personnes de poids corporel inférieur et ne conseillent donc pas à ces patients de perdre du poids,

même chez ce groupe de patients diabétiques de faible poids corporel, une perte de 10 % du poids corporel serait bienvenue.

 «Nos résultats soutiennent le concept de seuil de graisse personnel selon lequel toute personne atteinte de diabète de type 2 a un peu plus de graisse qu'elle ne peut en supporter individuellement. Ce seuil est déterminé par les gènes. Chaque patient a un seuil en deçà duquel il peut stocker de la graisse en toute sécurité. Cela n'a donc pas grand-chose à voir avec l'IMC ».

Plus sur le Blog Diabète

Autres actualités sur le même thème