Actualités

DIABÈTE : Un peu de vin avec le repas réduit le risque métabolique

Actualité publiée il y a 9 mois 3 jours 4 heures
AHA
Un peu de vin avec les repas est associé à un risque plus faible de diabète de type 2 (Visuel Adobe Stock 291966736)

Cette étude présentée lors de la Conférence annuelle de l’American Heart Association (AHA)’s Epidemiology, Prevention, Lifestyle & Cardiometabolic Health, révèle que boire un peu de vin avec les repas est associé à un risque plus faible de diabète de type 2. Cette analyse, d’association des données de santé de plusieurs centaines de milliers de participants, qui permet de préciser les effets mitigés de la consommation d’alcool, réserve une nouvelle fois des bénéfices bien à part pour le vin.  

 

Il faut rappeler que la consommation d'alcool est liée à des risques pour la santé à court et à long terme, notamment au risque d’accidents, à la violence, aux comportements sexuels à risque, à l'hypertension artérielle, à l'obésité, aux accidents vasculaires cérébraux, au cancer du sein, aux maladies du foie, à la dépression, au suicide et …à l’alcoolodépendance. Des risques qui augmentent au fur et à mesure que la quantité d'alcool consommée progresse. Pour certains cancers et autres problèmes de santé, le risque augmente même dès de très faibles niveaux de consommation, en deçà d’un verre par jour.

 

L'American Heart Association (AHA) et les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) recommandent aux personnes qui ne boivent pas d'alcool de ne jamais commencer. Et à ceux qui en consomment trop régulièrement de consulter. Certaines personnes, enfin, que ce soit pour des raisons de condition (grossesse par exemple) ou de vulnérabilité particulière (terrain génétique) ne devraient pas boire du tout d’alcool. Enfin, les recommandations limitent la consommation d’alcool à un verre de vin ou une autre boisson alcoolisée par jour pour les femmes et à 2 verres par jour pour les hommes.

« Les effets de la consommation d'alcool sur la santé ont été décrits comme une épée à double tranchant,

des effets variables selon le type de consommation », rappelle l’auteur principal, le Dr Hao Ma, analyste biostatistique au Tulane University Obesity Research Center (Nouvelle-Orléans) : « les précédentes études se sont plutôt concentrées sur la quantité d'alcool consommée, nous prenons bien en compte ici le type d’alcool consommé et le moment de la consommation ».

 

L’étude est menée auprès de 312.400 participants, buveurs actuels et exempts de diabète, de maladies cardiovasculaires ou de cancer à l’inclusion. L’analyse constate que :

 

  • au cours du suivi de près de 11 ans, environ 8.600 (3 %) des participants ont développé un diabète de type 2 ;
  • la consommation d'alcool avec les repas s’avère associée à un risque de diabète de type 2 réduit de 14 % par rapport à l’absence d’alcool avec le repas ;
  • ce bénéfice d'une consommation modérée d'alcool sur le risque de diabète de type 2 n’est évident que chez les participants consommant de l’alcool pendant les repas ;
  • cette association bénéfique est également plus fréquente chez les participants qui consomment du vin par rapport à d'autres types d'alcool ;
  • ainsi, les consommations de vin, de bière et d'alcool sont associées de manières différentes avec le risque de diabète de type 2 : alors qu'une plus grande quantité de vin est associée à un risque réduit de diabète de type 2, une plus grande quantité de bière ou d'alcool est associée à un risque plus élevé de diabète.

Autres actualités sur le même thème