Vous recherchez une actualité
Actualités

DMLA sèche : Le Prozac prometteur contre la cécité

Actualité publiée il y a 2 mois 3 semaines 1 jour
PNAS
Près de 200 millions de personnes dans le monde vivent avec une dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA). Un médicament connu dans d’autres indications, le Prozac® (fluoxetine), est présenté ici comme un traitement efficace (Visuel Adobe Stock 199837300)

Près de 200 millions de personnes dans le monde vivent avec une dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA). Un médicament connu dans d’autres indications, le Prozac® (fluoxetine), est présenté ici par cette équipe de l’University of Virginia Health System, comme un traitement efficace contre la DMLA sèche, la principale cause de cécité dans le monde. Les résultats de ces travaux, menés in silico, in vitro et in vivo, et publiés dans les Actes de l’Académie des Sciences américaine (PNAS), démontrent cette efficacité et s'avèrent également en ligne avec l’analyse de grandes bases de données d'assurance englobant plus de 100 millions d'usagers de santé.

 

La dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) commence à frapper aux alentours de 55 ans, et touche 1 personne sur 10 chez les 65-75 ans et de 25 à 30 % des plus de 75 ans. La forme la plus courante de dégénérescence maculaire liée à l’âge est la DMLA « sèche », qui entraîne une perte de vision progressive. Certaines personnes développent une DMLA « humide », caractérisée par le développement de vaisseaux sanguins fragiles alors que le corps tente de réparer la macula endommagée.

 

L’antidépresseur fluoxetine, mieux connu sous le nom de Prozac pourrait être repositionné pour offrir le premier traitement pour cette cause majeure de cécité chez les personnes de plus de 50 ans.

Un repositionnement bienvenu pour une affection majeure

L’auteur principal, le Dr Bradley D. Gelfand de l’Université de Virginie, et ses collaborateurs ont mené des tests de laboratoire et constatent in silico (par ordinateur), in vitro et in vivo (chez la souris) que que la fluoxétine se lie à une protéine NLRP3 ce qui inhibe l'activation de l'inflammasome et la libération de cytokines inflammatoires dans DMLA sèche. Enfin, en analysant deux bases de données d'assurance maladie portant sur plus de 100 millions d’usagers de santé, l’équipe identifie

  • un risque réduit de développer une DMLA sèche chez les patients souffrant de dépression, traités par fluoxétine.

Pris ensemble, ces résultats désignent la fluoxétine comme un candidat au repositionnement thérapeutique pour la DMLA sèche.

Quel mode d’action ? Les auteurs suggèrent que la fluoxétine agit contre la DMLA en se liant à un agent particulier du système immunitaire, l'inflammasome. Cet agent de l'inflammasome « NLRP3-ASC » déclenche la dégradation de la couche pigmentée de la rétine de l'œil.

 

Les chercheurs appellent à mener rapidement des essais cliniques pour confirmer l’efficacité de l’antidépresseur contre la DMLA. En cas de succès, le médicament pourrait être administré par voie orale ou via un implant de longue durée dans l'œil…

Encore une fois, alors que les approches traditionnelles du développement de médicaments peuvent être coûteuses et longues, l’identification de l'efficacité thérapeutique d'un médicament existant approuvé pourrait accélérer et réduire le coût du développement d’un traitement efficace contre cette cause majeure de cécité.

Autres actualités sur le même thème