Actualités

DOULEUR CHRONIQUE : L'anxiété liée à la douleur passe par la plasticité

Actualité publiée il y a 3 mois 2 semaines 5 jours
Science Advances
La douleur chronique, une douleur « à laquelle il devient impossible d’échapper » finit par entraîner des troubles émotionnels, eux-aussi chroniques (Visuel Adobe Stock 108526155)

La douleur chronique, une douleur « à laquelle il devient impossible d’échapper » finit par entraîner des troubles émotionnels, tout aussi chroniques. Cette équipe de l’Université d'Hokkaido décrypte chez la souris et dans la revue Science Advances, ce processus par lequel la douleur chronique conduit à l’anxiété, avec des implications pour la prise en charge des nombreux troubles psychiatriques associés à la douleur chronique chez l'Homme. Au cœur de ce processus, la plasticité d’une voie neuronale issue d’une petite zone du système limbique, le noyau du lit de la stria terminalis.

 

La douleur chronique est fréquemment une comorbidité des troubles psychiatriques, tels que la dépression et les troubles anxieux et vice versa. En cause des changements dans les circuits neuronaux. L’équipe japonaise identifie justement le circuit neuronal impliqué dans l'anxiété induite par la douleur : la douleur induit l’excitabilité accrue de neurones spécifiques « CART » du noyau du lit de la stria terminalis (BNST : bed nucleus of the stria terminalis) ce qui entraîne la suppression de l’anxiété pendant la douleur chronique. Ainsi, les changements d’activités des neurones du BNST sont directement corrélés aux troubles anxieux liés à la douleur chronique. Le BNST qui participe à l’interconnexion de régions du système limbique (ou cerveau émotionnel) exerce un rôle clé dans l'expression et la durabilité de l'anxiété.

La douleur chronique induit un changement neuroplastique qui supprime la connexion du noyau du lit de la strie terminale (BNST) vers hypothalamus latéral (LH) (Visuel Naoki Yamauchi, et al. Science Advances. April 27, 2022)

Le noyau du lit de la stria terminalis au cœur de l’anxiété

Depuis longtemps les scientifiques savaient que la douleur chronique conduit à l'anxiété et à la dépression, mais ce mécanisme cérébral restait mal compris, relève l’auteur principal, le professeur Masabumi Minami de la Faculté de Pharmacie de l'Université d'Hokkaido.

 

L'étude : pour décrypter cette corrélation, l’équipe japonaise a regardé chez la souris, comment les circuits neuronaux étaient affectés par la douleur chronique.

 

  • En suivant l’activité des neurones après 4 semaines de douleur chronique, les scientifiques ont découvert que la douleur chronique induit un changement neuroplastique qui supprime la connexion du noyau du lit de la strie terminale (BNST) vers hypothalamus latéral (LH) ;
  • en manipulant l'activité neuronale par chimiogénétique, les chercheurs montrent que la restauration de cette voie neuronale atténue l'anxiété induite par la douleur chronique ;
  • pris ensemble, ces résultats suggèrent que les changements fonctionnels induits par la douleur chronique dans les circuits neuronaux au sein du BNST modulent l’anxiété.

 

C’est donc l’espoir d’un nouveau traitement de l’anxiété liée à la douleur chronique, et peut-être plus largement des troubles anxieux : pouvoir réguler la plasticité au niveau des synapses du BNST pourrait apporter un effet anxiolytique.

Autres actualités sur le même thème