Actualités

DOULEUR : Des règles plus précoces associées à la douleur chronique au cours de la vie

Actualité publiée il y a 8 mois 6 jours 4 heures
Pain
Un âge plus jeune au moment des premières règles est lié à la douleur chronique chez les femmes, plus tard dans la vie (Visuel Adobe Stock 231311676)

Un âge plus jeune au moment des premières règles est lié à une prévalence plus élevée de la douleur chronique chez les femmes, plus tard dans la vie, conclut cette équipe de l’Université d'Oslo, dans la revue Pain®, la publication officielle de l’International Association for the Study of Pain (IASP). Ces résultats s'ajoutent aux preuves précédentes suggérant que l'augmentation des niveaux d'œstrogène associée à une puberté précoce, peut contribuer à l'incidence de la douleur aiguë puis aux différences de niveaux et de prévalence de la douleur chronique au cours de la vie.

 

« Nous identifions de fortes associations entre l'âge lors des premières règles et la prévalence de la douleur chronique chez les femmes plus tard dans la vie », résume Charlotte Indre Lund, chercheur en épidémiologie à l'hôpital universitaire d'Oslo.

Règles précoces et prévalence élevée de la douleur chronique plus tard dans la vie

Il s’agit de l’analyse des données de 12.000 femmes, âgées en moyenne de 55 ans et participant à l'étude de Tromsø, une cohorte suivant la santé publique en Norvège. Les chercheurs ont analysé les associations entre l'âge autodéclaré des premières règles et la prévalence et les caractéristiques de la douleur chronique chez ces participantes.

 

  • L'âge moyen déclaré des premières règles était d'environ 13 ans ;
  • environ 40 % des femmes ont déclaré souffrir de douleur chronique ;
  • les femmes ayant connu plus jeunes leurs premières règles sont aussi les plus susceptibles d'éprouver ou d’avoir éprouvé, au cours de la vie, des douleurs chroniques ;
  • après ajustement avec les facteurs de confusion possibles, le risque relatif de douleur chronique est réduit de 2 % pour chaque retard d'1 année dans la survenue des premières règles ;
  • le risque absolu est réduit de 1,1 à 1,4 % pour chaque année « de retard » ; sur toute la tranche d'âge concernée, soit de 9 à 18 ans, le risque absolu de douleur chronique diffère ainsi de 12,6 % ;
  • un âge plus avancé lors des premières règles est associé à une incidence plus faible de la douleur chronique dans chacune des 10 régions du corps évaluées, cette association apparaissant plus marquée pour les douleurs thoraciques et abdominales (dont la dysménorrhée) ;
  • un âge plus jeune lors des premières règles est associé à une rémanence plus longue de la douleur chronique ;

 

Il existe des différences de douleur chronique selon le sexe, les taux de douleur chronique étant plus élevés, en général, chez les femmes que chez les hommes. Cependant, les causes de ces différences restent mal comprises, soulignent les auteurs. Ils suggèrent que l’une des raisons pourrait être la différence d’exposition aux hormones selon le sexe et tout au long de la vie.

 

Une raison qui peut également contribuer à expliquer cette association entre l’apparition plus précoces des règles et la prévalence de la douleur chronique chez les femmes au cours de la vie et qui reste à explorer pour le développement de nouveaux traitements.

Autres actualités sur le même thème