Vous recherchez une actualité
Actualités

DOULEUR POST-OP : Sommeil et caféine ?

Actualité publiée il y a 2 années 2 mois 3 semaines
Sleep
La caféine a un effet bénéfique de réduction de la douleur en cas de privation de sommeil pré-opératoire…

Pour réduire la douleur postopératoire, il faut bien dormir avant l'intervention, ou à défaut consommer de la caféine. Cette étude de l’Université du Michigan confirme le sommeil pré et post-opératoire comme un facteur majeur d’intensité de la douleur et révèle que la caféine -qui bloque l’action de l'adénosine dans le cerveau et donc l’apparition du sommeil-- inverse l'augmentation de la douleur causée par la perte de sommeil. Mais voilà comment concilier l'idée d’utiliser la caféine alors qu’elle entraîne aussi le risque de ne pas dormir suffisamment ? C'est tout simple : ces résultats présentés dans la revue Sleep suggèrent justement que la caféine a cet effet bénéfique de réduction de la douleur en cas de privation de sommeil pré-opératoire…

On sait que le sommeil est un facteur essentiel de bonne santé mentale et physique et que le manque chronique de sommeil augmente le risque de plusieurs maladies chroniques. Dans la fibromyalgie par exemple et sa douleur chronique associée, les interventions sur le sommeil sont à privilégier. Cette étude met à nouveau l'accent sur les effets du manque de sommeil sur les niveaux de douleur, précisément après une intervention chirurgicale.

 

Mieux contrôler la douleur postopératoire : c’est un défi de toutes les interventions, souligne l’auteur principal, le Dr Giancarlo Vanini, professeur de recherche au Département d'anesthésiologie de la Michigan Medicine : « Plusieurs études démontrent que les troubles du sommeil pré et postopératoires aggravent la douleur et, plus important encore, prédisent l'apparition d'une douleur postopératoire à long terme. Cependant, alors que la relation entre le sommeil et la douleur est bien connue, ses mécanismes sous-jacents restent encore incertains ». Sa recherche examine si la privation de sommeil totale chez les rats immédiatement avant la chirurgie aggrave la douleur postopératoire et augmente le temps de récupération : « nous voulions examiner s'il y avait des traitements ou des interventions qui pourraient minimiser l'effet du manque de sommeil sur la sévérité de douleur post-opératoire ».

 

La caféine ? L'équipe de recherche a décidé d'analyser l'effet d'un stimulant largement utilisé, la caféine, une idée surprenante alors que la caféine est connue pour réduire la capacité d’endormissement et de sommeil. La caféine bloque en effet l’action de l'adénosine, un inducteur de sommeil endogène. Les chercheurs ont alors pensé que la caféine pourrait également être utile pour inverser l'augmentation de la douleur causée par la perte de sommeil. Chez le rat, modèle de douleur post-op, l'équipe a testé si la privation de sommeil préopératoire augmentait la douleur postopératoire et si la caféine avait un effet quelconque sur le niveau de sévérité de la douleur postopératoire causée par la privation de sommeil. Les chercheurs montrent que la caféine parvient à bloquer effet de la privation de sommeil sur la sensibilité à la douleur et que l’augmentation des niveaux de douleur est quasiment éliminée par l’inhibition de l'action de l'adénosine dans l'hypothalamus antérieur, une zone également connue pour réguler le sommeil -comme la douleur d’ailleurs.

 

Quel mécanisme cérébral ? L’équipe constate que l'éveil prolongé avant la chirurgie augmente considérablement la douleur postopératoire et accroît le temps de récupération, cependant la caféine contribue à atténuer cet effet, non pas en raison de propriétés analgésiques mais en bloquant une partie des changements neurochimiques induits par la privation de sommeil dans des zones cérébrales spécifiques. Enfin, la caféine n’apparaît efficace que chez les rats ayant subi une privation de sommeil avant l'intervention chirurgicale. Bref, en cas de préalable de privation de sommeil, la caféine est efficace -chez l’animal- à réduire la douleur post-op.

 

Quelles implications cliniques ? certes, il s’agit déjà de valider ces conclusions chez l’Homme. Mais alors que le manque de sommeil est très fréquent avant une intervention, en raison des distances à parcourir avant l’admission, en raison du stress ou de la difficulté à s’endormir à l’hôpital… De la caféine en supplémentation pourrait avoir le potentiel d'améliorer considérablement la gestion de la douleur postopératoire en pratique clinique. Dans l’attente d’un prochain essai clinique.

Autres actualités sur le même thème