Vous recherchez une actualité
Actualités

DYSLYPIDÉMIE : L'huile de caméline améliore le profil lipidique

Actualité publiée il y a 1 année 3 mois 1 semaine
Molecular Nutrition & Food Research
L'huile de cameline déjà largement utilisée pour « réparer » les cheveux ou la peau, améliore aussi le profil lipidique

Issue des graines de la cameline ou « petit lin », une plante de la famille des crucifères, l'huile de cameline déjà largement utilisée pour « réparer » les cheveux ou la peau, améliore le profil lipidique en réduisant les taux de cholestérol total et de cholestérol LDL chez les personnes ayant un métabolisme du glucose altéré. Cette étude de l’University of Eastern Finland, publiée dans la revue Molecular Nutrition & Food Research lui trouve des qualités incomparables contre la dyslipidémie en comparaison des omega-3.

L'huile de caméline est une source végétale d'acide alpha-linolénique (ALA), un précurseur d’acide gras omega-3. De précédentes recherches ont montré que les protéines de poisson et les acides gras oméga-3 à longue chaîne présents dans le poisson ont des effets bénéfiques sur plusieurs facteurs de risque associés aux maladies cardiovasculaires. Cependant, il existe peu de données sur les effets spécifiques de l'acide alpha-linolénique sur ces facteurs de risque.

 

L'étude a donc regardé l’association entre les apports d’huile de cameline, de poissons gras et de poissons maigres, le métabolisme des lipides et du glucose et une inflammation de bas grade chez 79 participants, âgés de 43-72 ans, atteints d’hypoglycémie à jeun et d’obésité (IMC 25-36 kg / m2). Les participants ont été répartis en 4 groupes pour recevoir, pendant 12 semaines,

  • soit un régime riche en poisson gras (4 repas de poisson / semaine),
  • soit un régime riche en poisson maigre (4 repas de poisson / semaine),
  • soit un régime riche en huile de caméline (10 g / jour ALA),
  • soit des apports limités de poisson et d’aliments riches en d'ALA (groupe témoin).

 

 

L’huile de cameline rétablit le profil lipidique : en effet, l’analyse de prélèvements sanguins montre que :

  • les niveaux d’acides gras omega-3 (acide éicosapentaénoïque : EPA et acide docosahexaénoique : DHA) ont augmenté dans les lipides plasmatiques du groupe « poisson gras » ;
  • Les niveaux d'ALA dans le groupe « ALA » ! mais, dans ce même groupe, les concentrations en cholestérol total et LDL ont diminué par rapport aux groupes « poisson » ;
  • les rapports LDL-C / HDL-C et ApoB / ApoA-I (apoBapoA-Iont diminué par rapport au groupe poisson maigre ;
  • aucun changement significatif n’est constaté dans le métabolisme du glucose ou dans les marqueurs de l'inflammation de bas grade.

 

Ainsi, un régime enrichi en huile de cameline (ou ALA) améliore le profil lipidique sérique par rapport à un régime enrichi en poissons, chez les sujets présentant un trouble de la glycémie mais sans effet sur le métabolisme du glucose ou les niveaux de marqueurs inflammatoires.


Interstitiel mediset

Autres actualités sur le même thème

Pages