Actualités

EXERCICE : Le meilleur des traitements anti-suicide

Actualité publiée il y a 4 jours 5 heures 1 min
Journal of Affective Disorders
L'observance d'une routine d'exercice permet une diminution des tentatives de suicide (TS) (Visuel Adobestock 554599109).

Si les bénéfices de la pratique régulière de l'exercice sont bien documentés contre la dépression, cette méta-analyse de l'Université d'Ottawa conclut également à ses avantages considérables dans la prévention du suicide : ainsi, l'exercice réduit de près de 80 % les tentatives de suicide (TS) chez les personnes atteintes de maladies mentales et physiques. De nouvelles données publiées dans le Journal of Affective Disorders, qui confirment aussi que ces patients fragilisés restent motivés et capables d'adhérer avec succès à des programmes d'exercice régulier. Et cette observance permet une diminution spectaculaire des TS. 

 

Ces nouvelles données contredisent notamment l’idée que ces patients ne sont plus ou pas motivés à pratiquer un exercice physique adapté, confirment une efficacité de l’exercice, similaire aux antidépresseurs et à la thérapie cognitivo-comportementale dans le traitement de la dépression et l’élargissent aussi à la prévention et la réduction des comportements suicidaires.

L’exercice réduit les TS de près de 80 %

Cette revue de la littérature et méta-analyse de 17 essais contrôlés randomisés portant au total sur 1.021 participants, dont 71 % souffrant de dépression, suivis en moyenne durant 10 semaines, révèle que :

 

  • si la prévalence des idées suicidaires post-intervention n'est pas significativement différente entre les groupes d'exercice et de contrôle ;
  • l’incidence des tentatives de suicide est significativement réduite (de 77 % en moyenne) chez les participants pratiquant régulièrement l'exercice par rapport aux témoins inactifs.

 

En pratique clinique, les professionnels de santé sous-prescrivent cependant  l'exercice, "ce qui induit une détérioration supplémentaire de la santé mentale et physique des patients", commente l’auteur principal, le Dr Nicholas Fabiano, praticien résident en psychiatrie.

 

Cette étude en montrant également et pour la première fois que les personnes atteintes de maladie mentale ou physique restent motivées à pratiquer, doit encourager à la prescription d'une routine d'exercice chez ce groupe de patients.  

Plus sur le Blog Neuro

Autres actualités sur le même thème