Vous recherchez une actualité
Actualités

EXERCICE : Le stress musculaire protège contre la démence

Actualité publiée il y a 2 mois 2 semaines 5 jours
Cell Metabolism
De nombreuses études ont apporté la preuve des bénéfices de l’exercice pour la santé cognitive et mentale (Visuel Adobe Stock 92076895)

De nombreuses études ont apporté la preuve des bénéfices de l’exercice pour la santé cognitive et mentale, et contre le déclin cognitif. Ces chercheurs du St Jude Hospital (Memphis) contribuent à expliquer cette corrélation. Une réponse au stress induite dans le muscle squelettique « remonte » jusqu’au cerveau : ce stress musculaire a bien sûr un impact sur le muscle, mais favorise également le "contrôle qualité" des protéines présentes dans des tissus distants comme le cerveau et la rétine. Ainsi, ces travaux publiés dans la revue Cell Metabolism, montrent que cette réponse au stress musculaire, en d'autres termes la réponse à l’exercice, protège les tissus cérébraux pendant le vieillissement.

 

L’auteur principal, le Dr Fabio Demontis, de St. Jude et son équipe utilisent l'immunocoloration et la microscopie confocale pour observer les cellules du cerveau et de la rétine de la mouche des fruits et des organoïdes cérébraux (des modèles de cellules cérébrales de pointe) et leur réponse aux signaux envoyés par les muscles squelettiques.

Ces signaux fonctionnent en empêchant l'accumulation d'agrégats de protéines toxiques mal repliées (amyloïdes- en rouge sur visuel).

Amyrel, une hormone de signalisation clé, du muscle au cerveau

L'équipe fait la démonstration, sur la mouche, que

  • les signaux de stress musculaire reposent sur une enzyme appelée Amyrel amylase et son produit, un disaccharide, le maltose;
  • l'imitation de ces signaux de stress induit un effet protecteur sur le cerveau et la rétine et prévient le vieillissement;
  • ces signaux fonctionnent en empêchant l'accumulation d'agrégats de protéines toxiques mal repliées (amyloïdes- en rouge sur visuel).

 

Pourquoi l’exercice « fait du bien au cerveau » : ces travaux identifient ainsi une protéine bénéfique à la cognition, induite par l'exercice. Au-delà; ils suggèrent aussi qu’une imitation pharmacologique de cette signalisation pourrait contribuer à lutter contre les maladies neurodégénératives telles que la démence liée à l'âge et la maladie d'Alzheimer.

 

«Nous constatons qu'une réponse au stress induite dans le muscle favorise aussi la qualité des protéines présentes dans le cerveau tout au long du vieillissement ».

Autres actualités sur le même thème