Vous recherchez une actualité
Actualités

EXERCICE vs DÉPRESSION : Les sportifs sont rarement dépressifs

Actualité publiée il y a 1 année 6 mois 2 semaines
The American Journal of Psychiatry
L'exercice est confirmé comme un facteur universel de bien-être mental.

L'exercice régulier contribue à réduire le risque de dépression, souligne à nouveau cette très large méta-analyse de 49 études à travers le monde. Cette équipe internationale constate que les personnes qui pratiquent le plus d'activité physique sont moins susceptibles de souffrir de dépression. Ces résultats, issus de l’analyse des données de plus de 250.000 participants de tous pays et de tous âges confirment l’exercice comme un facteur universel de bien-être mental.

 

La dépression est une condition qui affecte les personnes de tous âges. De précédentes études ont montré que les personnes souffrant de dépression peuvent tirer des bénéfices significatifs de la pratique de l’exercice. Cette étude confirme que les personnes qui font le plus d'exercice ont le plus faible risque de dépression.

 

Les chercheurs d’instituts de recherche du Brésil, de Belgique, d’Australie, de Suède, du Canada et du Royaume-Uni ont analysé au total les données de 266.000 participants, de tous âges, exempts de dépression au début de l'étude et suivis pendant 7,4 ans en moyenne. L’analyse montre que :

 

  • les participants qui pratiquent le plus d'activité physique ont un risque réduit de 17% de souffrir de dépression que ceux qui font le moins d'exercice physique ;
  • ces conclusions valent quels que soient l’âge, le sexe ou le pays de l’étude ;
  • 4 études suggèrent une réduction de 22% du risque de dépression avec 150 minutes d'activité physique modérée à vigoureuse par semaine ;
  • Une autre étude, une réduction de 31% du risque de dépression avec le même temps de pratique.

 

 

« Nos résultats confirment que des niveaux plus élevés d'activité physique protègent contre le risque de dépression chez les personnes de tous âges et soulignent l'importance de politiques et d’interventions favorisant des niveaux accrus d'activité physique ».

Des essais contrôlés randomisés devraient être effectués pour déterminer si l'activité physique peut également prévenir la dépression chez les personnes déjà à risque élevé de la maladie.

Autres actualités sur le même thème