Vous recherchez une actualité
Actualités

ALZHEIMER : Evaluer le risque dès l’âge de 20 ans ?

Actualité publiée il y a 1 année 5 mois 3 semaines
AAIC®
En effet certains facteurs de risque d'Alzheimer sont parfois apparents et déjà mesurables chez les adolescents et les jeunes adultes (Visuel Adobe Stock 92076895)

En effet certains facteurs de risque d'Alzheimer sont parfois apparents et déjà mesurables chez les adolescents et les jeunes adultes, explique cette équipe de la Columbia University qui présente son analyse à la dernière conférence de l'Alzheimer Association (AAIC®). Avec des implications évidentes, surveiller, prévenir et prendre en charge de manière plus précoce la maladie, en particulier à l’aide de stratégies de changement de mode de vie.

 

Ces facteurs de risque comprennent en particulier certains troubles ou facteurs cardiaques dont l'hypertension artérielle, un taux de cholestérol élevé et le diabète mais également des facteurs sociaux dont la qualité et le niveau d’éducation. Ensuite l’origine ethnique peut également impacter le risque comme c’est le cas pour les Afro-Américains qui, plus âgés, sont environ deux fois plus susceptibles de développer la maladie d'Alzheimer.

Identifier, détecter, agir pour contrer ces facteurs de risque précoces d'Alzheimer

Cette stratégie, préconisée par le Dr Maria C. Carrillo, Directeur scientifique de l'Association, « permettra de réduire l’incidence de la maladie d'Alzheimer et des autres démences ». De plus, cette recherche qui met en évidence des inégalités en matière de santé appelle à donner accès à des ressources supplémentaires à certains groupes de population.

« Il n'est jamais trop tôt, ni trop tard, pour protéger votre mémoire et vos capacités de réflexion ».

 

L'Alzheimer's Association dirige l’étude Protect Brain Health Through Lifestyle Intervention to Reduce Risk (U.S. POINTER) menée auprès de 5.104 participants, à 58% des femmes et qui porte sur la protection de la santé cognitive grâce aux interventions de mode de vie. C’est un essai clinique de 2 ans qui vise à évaluer comment ces changements de mode de vie peuvent modifier les facteurs de risque et le déclin cognitif chez des participants âgés de 68 ans en moyenne. L’analyse des données constate que :

  • l'hypertension artérielle et le diabète, ou une combinaison d’au moins 2 facteurs de santé cardiaque, courants à l'adolescence, en particulier chez les jeunes afro-américains, sont associés à une cognition tardive moins bonne plus tard, à l’âge mûr ;
  • un moindre niveau d’étude est également associé, sans surprise, à un risque de déclin cognitif plus élevé, plus tard dans la vie : une éducation de meilleure qualité en début de vie est ici associée à de meilleures performances de langage et de mémoire et à un risque plus faible de démence tardive ;
  • un indice de masse corporelle (IMC) plus élevé au début de l'âge adulte (20-49 ans) s’avère également associé à un risque plus élevé de démence tardive : chez les femmes, le risque de démence augmente avec un IMC plus élevé au début de l'âge adulte. Comparé aux femmes ayant un IMC normal au début de l'âge adulte, le risque de démence est ainsi 1,8 fois plus élevé chez les femmes en surpoids et 2,5 fois plus élevé chez les femmes atteintes d’obésité ;
  • ces différences de santé cognitive persistent après prise en compte de l'âge, du sexe, de l’antériorité de l’évaluation des facteurs de risque et du niveau d’études des participants.

 

Des facteurs de risque identifiables dès l'adolescence ou le début de l’âge adulte influencent la santé du cerveau en fin de vie.

 

Les interventions de mode de vie doivent donc être encouragées à double titre chez les jeunes adultes présentant ces facteurs de risque précoces.

Autres actualités sur le même thème

ABONNEMENT PREMIUM

Accédez sans limite à plus de 15 000 actualités