Vous recherchez une actualité
Actualités

FAIBLE POIDS de NAISSANCE et risque d’obésité, de diabète et d’hypertension plus tard dans la vie

Actualité publiée il y a 1 année 6 mois 3 semaines
Journal of Diabetes
Il exste une corrélation entre un faible poids de naissance et un risque plus élevé de diabète de type 2 et d’hypertension

Le faible poids à la naissance a déjà été associé à des risques accrus de problèmes de santé et de troubles du développement. Cette analyse chinoise des données de deux larges études de cohorte prospectives, présentée dans le Journal of Diabetes, confirme la corrélation entre un faible poids de naissance et un risque plus élevé de diabète de type 2 et d’hypertension. Le risque de maladies diminue au fur et à mesure que le poids de naissance augmente et cela jusqu’à 4 kilos.

 

Il s’agit de l’analyse des données de l’étude Shanghai Women 's Health et Shanghai Men' s Health, le poids de naissance étant disponible pour 11.515 hommes et 13.569 femmes. Des mesures ont été effectuées lors de l'inscription à l'étude dont l’IMC, le rapport tour de taille / tour de hanche et le rapport tour de taille/taille. Les diagnostics de diabète de type 2 (DT2) ont été autodéclarés, les diagnostics d'hypertension basés sur des mesures d'auto-évaluation et la mesure de la pression artérielle sur les examens de suivi.

 

L’analyse révèle des associations non linéaires entre le poids de naissance et :

  • l’indice de masse corporelle (IMC), le tour de taille, le rapport tour de taille / tour de hanche et le rapport tour de taille / taille.
  • Un faible poids de naissance s’avère associé à un IMC plus faible et à un tour de taille plus faible ;

 

 

  • un risque de DT2 accru de 17% est observé avec l'insuffisance pondérale à la naissance (<2500 g) vs un poids de naissance entre 2500-3499 g
  • le risque d'hypertension est accru de 13% avec l'insuffisance pondérale à la naissance ;
  • ce risque de maladies diminue avec l’augmentation du poids de naissance et cela jusqu’à environ 4000 g.

 

 

Des résultats qui suggèrent qu’un faible poids de naissance -qui peut être lié à un indice de nutrition intra-utérine médiocre-, pourrait affecter l’équilibre métabolique, plus tard dans la vie. « Ces associations ont été observées même après ajustement pour la plupart des facteurs socioéconomiques et de mode de vie à l'âge adulte, comme le niveau d'éducation, le revenu par habitant, le tabagisme, la consommation d'alcool et la pratique de l'exercice », ajoutent les chercheurs, suggérant un rôle indépendant du poids de naissance sur la santé à l’âge adulte.

Autres actualités sur le même thème