Découvrez nos réseaux sociaux
Actualités

FLUCTUATIONS de la TENSION : Un signe avant-coureur de démence et de maladie cardiaque

Actualité publiée il y a 2 mois 2 semaines 2 jours
Cerebral Circulation - Cognition and Behavior
Les fluctuations de la tension artérielle peuvent augmenter le risque de démence et de problèmes vasculaires chez les personnes âgées (Visuel Adobe Stock 67172054)

Cette étude menée à l’Université d'Australie du Sud (UniSA) révèle que les fluctuations de la tension artérielle peuvent indiquer un risque de démence et de problèmes vasculaires chez les personnes âgées. Ces variations de tension artérielles, lorsqu’elles se produisent sur plusieurs périodes courtes au cours d’une journée de 24 heures ou lorsqu'elles perdurent sur plusieurs jours ou semaines sont également des marqueurs prédictifs de troubles cognitifs, affirment ces chercheurs australiens dans la revue Cerebral Circulation - Cognition and Behavior.

 

Des variations plus élevées de la pression systolique (le chiffre le plus élevé qui mesure la pression dans les artères lorsque le cœur bat) sont également liées à la rigidité artérielle, un facteur associé aux maladies cardiaques.

L’auteur principal, Daria Gutteridge, chercheur au laboratoire de neurosciences de l’UniSA, rappelle qu’il est déjà connu que l’hypertension artérielle (HTA) est un facteur de risque de démence, mais que, jusque-là, peu d’attention a été accordée aux fluctuations de la pression artérielle : « les traitements cliniques se concentrent sur l'hypertension, mais ignorent la variabilité de la pression artérielle ».

« La tension artérielle peut fluctuer sur différentes périodes – courtes et longues – et ces variations semblent augmenter le risque de trouble vasculaire et de démence ».

Alors que la santé cérébrovasculaire a déjà été associée au risque de démence,

l’étude explore les mécanismes qui lient les fluctuations de la pression artérielle à la démence, précisément chez 70 participants âgées en bonne santé âgés de 60 à 80 ans, ne présentant à l’inclusion aucun signe de démence ou de déficience cognitive. L’équipe a surveillé régulièrement leur tension artérielle, leur rigidité artérielle, y compris dans le cerveau, à l'aide d'une échographie doppler transcrânienne et d'une analyse des ondes de pouls. Les participants ont également passé des tests cognitifs. L’analyse révèle que :

 

  • une variabilité plus élevée de la pression artérielle au cours d’une journée, ainsi que d’une journée à l’autre, est liée à une diminution des performances cognitives ;
  • des variations plus élevées de la pression artérielle systolique sont liées à une plus grande rigidité artérielle ;
  • les différents types de variabilité de la pression artérielle semblent refléter différents mécanismes biologiques sous-jacents ;
  • en conclusion, les variations de la pression artérielle systolique et diastolique sont toutes deux importantes pour le fonctionnement cognitif des personnes âgées.

 

Si ces liens sont observés chez les personnes âgées sans déficience cognitive cliniquement pertinente,

la variabilité de la pression artérielle constitue bien un marqueur clinique précoce et une cible thérapeutique.

Plus sur le Blog Neuro

Autres actualités sur le même thème