Vous recherchez une actualité
Actualités

GROSSESSE et TABAGISME : Un risque d’obésité pour le bébé

Actualité publiée il y a 18 min 6 sec
Experimental Physiology
Malgré ses effets négatifs bien documentés sur le développement du fœtus, le tabagisme pendant la grossesse reste un problème de santé publique majeur.

Malgré ses effets négatifs bien documentés sur le développement du fœtus, le tabagisme pendant la grossesse reste un problème de santé publique majeur. En 2017, entre 10 et 12,5% des femmes enceintes ont fumé pendant leur grossesse et 7% pendant toute leur grossesse. Fumer pendant la grossesse augmente aussi le risque d'obésité chez le bébé, plus tard dans la vie, révèle cette étude de l’Université du Kentucky, qui identifie par l’analyse du prépuce provenant de circoncisions néonatales, un mécanisme cellulaire potentiel qui associe le fait de fumer chez la mère enceinte et ce risque accru d'obésité chez ses enfants plus tard dans la vie. Des conclusions, présentées dans la revue Experimental Physiology, qui ajoutent aux effets néfastes du tabagisme durant la grossesse. Pour la mère comme pour l’enfant.

 

Un résultat à noter, en regard de l’épidémie d’obésité et du lourd fardeau humain et économique qu’elle entraine, avec ses comorbidités. Ensuite, ce n’est pas la première étude à démontrer que les mères qui fument pendant la grossesse confèrent un risque accru d'obésité à leur bébé. Cependant, jusque-là, les mécanismes responsables de cette augmentation du risque n’était pas bien compris. L’auteur principal, le chercheur Kevin Pearson, de l'Université du Kentucky commente : « Ces données marquent un premier pas vers la définition de ces mécanismes en vue d'une éventuelle intervention à long terme ».

 

L’étude est ici menée auprès de 65 « jeunes » mères réparties sur 2 cohortes : 46 dans la cohorte 1 (2012-2013) et 19 dans la cohorte 2 (2015-2016). Tous leurs nourrissons étaient nés à terme ; environ la moitié des nouvelles mères ont déclaré avoir fumé pendant leur grossesse. L'ADN et l'ARN ont été isolés à partir de tissu du prépuce recueilli après circoncision. L’équipe s’est concentrée sur l'expression du gène de la chimérine, une protéine produite par les cellules adipeuses et qui joue un rôle clé dans le stockage de l'énergie. De précédentes recherches avaient en effet suggéré que la chimérine est présente à des niveaux plus élevés dans le sang des personnes obèses. L’analyse confirme que :

 

  • la chimérine est présente à niveaux plus élevés dans la peau et dans des cellules isolées de nourrissons dont les mères fument pendant la grossesse, ce qui suggère que le tabagisme pendant la grossesse entraîne des modifications de la régulation des gènes qui jouent un rôle important dans le développement des cellules adipeuses. Ces travaux démontrent ainsi que les femmes enceintes qui fument des cigarettes induisent des changements distincts dans l'expression du gène de la chimérine chez leur progéniture.

 

Des résultats qui, s'ils étaient confirmés, pourraient constituer une base pour la mise au point de traitements efficaces contre l'obésité pédiatrique chez les bébés nés de mères fumeuses ainsi que chez les bébés exposés in utero à d'autres expositions environnementales.


Interstitiel resposorb

Autres actualités sur le même thème

Pages