Vous recherchez une actualité
Actualités

GROSSESSE : La migraine est-elle signe de complications ?

Actualité publiée il y a 1 jour 12 heures 2 min
7th Congress of the EAN
Les femmes enceintes souffrant de migraine présentent un risque plus élevé de complications obstétricales et postnatales (Fotolia 139653501).

Cette étude présentée au 7è Congrès de l’European Academy of Neurology (EAN) et à paraître dans l’European Journal of Neurology révèle que les femmes enceintes souffrant de migraine présentent un risque plus élevé de complications obstétricales et postnatales.

Un point sur les principales complications recensées et sur les résultats de grossesse chez ce groupe de patientes.

 

Il s’agit d’une large étude menée en Israël de suivi, de 2014 à 2020, des premières grossesses de 145.102 femmes. Les chercheurs ont pris en compte le mode d'accouchement, les complications médicales et obstétricales au cours de chaque trimestre et l'utilisation de médicaments tout au long de la grossesse.

L'auteur principal de l'étude, le Dr Nirit Lev confirme, avec son étude « un risque plus élevé de complications médicales et obstétricales et recommande de classer ces grossesses comme « à haut risque » nécessitant donc une surveillance accrue.

Des grossesses à risque qui impliquent une surveillance et des soins particuliers tout du long.

L’analyse montre que :

 

  • 12.222 femmes ont souffert de migraines durant leur grossesse, dont 1. 576 de migraines avec aura ;
  • ces femmes enceintes souffrant de migraines présentent un risque plus élevé de développer des complications obstétricales et post-partum ;
  • un risque accru d'être admises en service de soins intensifs (USI) : 8,7 % des femmes enceintes souffrant de migraine avec aura vs 6,9 % chez les femmes migraineuses sans aura et 6 % chez les femmes enceintes exemptes de migraine ;
  • un risque significativement accru de diagnostic de diabète gestationnel, d'hyperlipidémie et de caillots sanguins ;
  • pendant le travail, un besoin plus fréquent d'anesthésie péridurale ;

 

Ces grossesses à risque nécessitent en effet un suivi particulier. Notamment en présence de facteurs de risque préexistants, dont l'âge maternel avancé, les grossesses multiples, les antécédents de complications de grossesses précédentes, les problèmes de santé existants, dont le diabète, l'épilepsie et l'hypertension artérielle.

 

Migraine et dépression : il a également déjà été démontré que les femmes enceintes migraineuses encourent un risque accru de dépression pendant leur grossesse et après l'accouchement. En conséquence, il est souhaitable de leur proposer a minima une consultation neurologique pendant la grossesse ainsi qu’un suivi adapté après l'accouchement.

 

De récentes études ont également révélé que la migraine est 3 fois plus fréquente chez les femmes que chez les hommes, et associée à des changements hormonaux liés aux règles, à la ménopause et à l'accouchement.

Autres actualités sur le même thème