Vous recherchez une actualité
Actualités

GROSSESSE : Les infections chez la mère entravent le développement cérébral du bébé

Actualité publiée il y a 2 années 6 mois 5 jours
Molecular Psychiatry

Si une mère souffre d’une infection sévère pendant sa grossesse, son système immunitaire se met en action pour éliminer l'infection. Un mécanisme d'autodéfense non sans conséquence sur le développement in utero du cerveau de son enfant, avec des implications comparées ici aux anomalies cérébrales de l’autisme. Cette équipe internationale de chercheurs en fait la démonstration dans la revue Molecular Psychiatry.

Les infections maternelles pendant la grossesse sont un facteur de risque connu de développement anormal du fœtus. L'exemple le plus frappant est l'infection par la mère du virus Zika, qui entraîne un risque élevé de microcéphalie chez l'enfant. Dans ce cas, le virus a un impact en attaquant directement le tissu cérébral du fœtus. Cependant, pour la plupart des autres infections -comme la grippe- l'agent infectieux a généralement un impact indirect sur le développement du fœtus. Ainsi, de précédentes études ont montré que toute une série d'infections maternelles pendant la grossesse sont associées à l'augmentations du risque de troubles psychiatriques, de troubles du spectre autistique et de schizophrénie chez l'Enfant. D'autres études ont montré que cet effet est lié non aux agents infectieux directement, mais en raison du déclenchement d'une forte réponse immunitaire la mère, l'activation immunitaire maternelle. Si les chercheurs précisent ici que cette augmentation du risque de différents troubles, pour l'Enfant, est extrêmement faible, dans les très grandes études, c'incidence concerne plusieurs milliers de personnes. Les chercheurs de l'Université de Chypre, de Cambridge, de Californie, de San Diego et de Stanford ont mené cette étude sur les rats et les souris dans le but de cartographier la cascade biologique complexe déclenchée par la réponse immunitaire de la mère. Pour comprendre comment l'activation immunitaire maternelle peut affecter le développement du cerveau de son enfant, l'équipe a examiné l'activité des gènes dans le cerveau de rats et de souris gravides après injection d'une substance appelée lipopolysaccharide qui bien qu'exempte d'agent infectieux suscite une forte réponse immunitaire chez la mère, caractérisée par une augmentation des taux de cytokines. Les scientifiques constatent alors que l'activation immunitaire maternelle modifie l'activité de très nombreux gènes (Maternal immune activation (MIA) genes : visuel ci-contre) et voies biologiques dans le cerveau des fœtus. Or un grand nombre de ces gènes sont connus pour être importants dans le développement de l'autisme et impliqués dans des processus clés du développement du cerveau in utero. Ces effets contribuent à expliquer pourquoi l'activation immunitaire maternelle entraîne ce risque accru de neuro-développement atypique. Le développement du cerveau est perturbé par ces effets épigénétiques, et donc, en les identifiant, il sera possible de prévenir, en cas d'infection sévère chez la mère, ce risque pour le bébé. De plus, alors que ces effets sont transitoires, les chercheurs suggèrent qu'ils sont probablement extrêmement puissants pour produire de tels effets. En conclusion, ces travaux soulignent ainsi l'importance de l'interaction gènes-environnement dans le développement neurologique de l'enfant.

Autres actualités sur le même thème