Vous recherchez une actualité
Actualités

GROSSESSE : Pas de vaping ni de substituts nicotiniques !

Actualité publiée il y a 1 année 1 mois 4 semaines
The Journal of Physiology
Carence préexistante en sérotonine et exposition à la nicotine peuvent entraîner des effets sévères chez le bébé

Quel est le meilleur comportement à adopter par les femmes fumeuses durant la grossesse ? Cette étude de l'US Geisel School of Medicine (Dartmouth) ne laisse guère de choix. Ses conclusions présentées dans le Journal of Physiology suggèrent que l’'utilisation aux substituts nicotiniques de type patch à la nicotine ou le vaping pendant la grossesse peut augmenter le risque de mort subite du nourrisson. Chez les mères présentant une carence préexistante en sérotonine.

 

Le syndrome de mort subite du nourrisson (SMSN), est la mort soudaine, inattendue et inexpliquée d'un bébé apparemment en bonne santé. Ses causes restent inconnues, mais parmi les facteurs de risque sont évoqués les stress environnementaux dont la fumée de tabac.

 

Cette étude expose des rats in utero à la nicotine et teste après leur naissance leur réponse à de faibles niveaux d'oxygène. L’expérience révèle que l'exposition à la nicotine affecte la capacité de l’animal à répondre au manque d'oxygène en cas de carence en sérotonine. Précisément, des rats femelles adultes sont nourris soit avec un régime riche en tryptophane ou un régime pauvre en tryptophane, le tryptophane étant converti par le corps en sérotonine. Un régime pauvre en tryptophane réduit donc les niveaux de sérotonine dans le corps et peut entrainer une carence en sérotonine. Les rats ont ensuite été autorisés à s'accoupler, donnant des petits soit à taux normaux, soit déficients en sérotonine. Pendant la gestation, la moitié des rats de chaque groupe a été exposée à la nicotine par l'intermédiaire d'un implant. Les chercheurs ont ensuite évalué la capacité de la progéniture à répondre à des périodes répétées de faible teneur en oxygène, en fonction des niveaux de sérotonine et de l’exposition à la nicotine.

 

  • L'exposition à la nicotine pendant la grossesse entrave la capacité respiratoire ici de rats déficients en sérotonine lorsque placés dans des situations de carence d'oxygène ;
  • les rats déficients en sérotonine mettent ainsi beaucoup plus de temps à retrouver une respiration et une fréquence cardiaque normales après une période de privation d'oxygène ;
  • l'exposition à la nicotine ou la carence en sérotonine seules n'induisent pas d'effet négatif sur la récupération des rats après la privation d'oxygène ;
  • ces données suggèrent que la combinaison carence en sérotonine et exposition in utero à la nicotine peut favoriser une incapacité à répondre positivement aux situations de privation d'oxygène.

 

Les chercheurs suggèrent qu'un risque similaire pourrait être encouru par les bébés nés de mères ayant une carence en sérotonine préexistante et qui utilisent des produits à base de nicotine pendant leur grossesse. Ils écrivent dans leur communiqué.

 

 

« Nous supposons que l'exposition maternelle à la nicotine place les nourrissons qui ont d'autres vulnérabilités, par exemple une légère déficience en 5-HT (5-hydroxy tryptamine [sérotonine]), à un risque élevé d'hypoxie sévère, d'anoxie et d'asphyxie ».

 

Bien évidemment ces données devraient être validées chez l’Homme.

 

Autres actualités sur le même thème