Vous recherchez une actualité
Actualités

GROUPE SANGUIN et risque de maladies, quel lien ?

Actualité publiée il y a 1 semaine 1 jour 23 heures
eLife
Découverte de nouveaux liens entre les groupes sanguins et les risques de maladie (Visuel Adobe Stock 283646387)

L’existence possible de liens entre les groupes sanguins et les risques de maladie, c’est l’objet de cette analyse des données de santé de plus de 5 millions de participants. La recherche, publiée dans la revue eLife, qui a passé en revue l'incidence de plus de 1.000 maladies, révèle de nouvelles connexions et confirme de précédentes corrélations déjà documentées.

 

Les données d'association entre risques de problèmes de santé et groupes sanguins sont peu nombreuses, probablement parce que les associations sont rares ou fortuites, ou parce que les recherches n’ont pas été menées sur des échantillons suffisamment larges. L’équipe a recherché d’éventuels liens entre les groupes sanguins ABO, les rhésus D (RhD) positifs et négatifs et plus de 1.000 maladies, à travers l’analyse d'énormes volumes de données issus des registres de santé suédois.

49 maladies liées aux groupes sanguins ABO et une au groupe rhésus

Parmi les résultats marquants, certains groupes sanguins associés à un risque plus élevé de caillots sanguins ou de saignements, de calculs rénaux ou encore d’hypertension induite par la grossesse.

  • les personnes du groupe sanguin A ou B ont un risque plus élevé de maladie cardiovasculaire ;
  • les personnes de groupe sanguin A ont un risque plus élevé de caillot sanguin ;
  • les personnes du groupe O sont plus susceptibles de souffrir d'un trouble de la coagulation et d’hémorragies ;
  • les femmes du groupe O ou RhD positives sont plus susceptibles de développer une hypertension gravidique ;
  • les personnes de type B ont un risque réduit de calculs rénaux vs O.

 

 D’autres analyses à grande échelle restent nécessaires pour confirmer ces résultats, expliquer ces associations et peut-être en identifier de nouvelles ?

 

L'auteur principal Gustaf Edgren, cardiologue et professeur agrégé d'épidémiologie au Karolinska Institutet espère que ces données permettront aussi d'identifier les mécanismes derrière le développement de ces maladies et pourront favoriser leur détection.

Autres actualités sur le même thème