Vous recherchez une actualité
Actualités

HYPOTENSION ORTHOSTATIQUE : Le rôle ambigu du sodium

Actualité publiée il y a 8 mois 3 semaines 3 jours
Journal of Clinical Hypertension
Un apport en sodium plus élevé pourrait plutôt augmenter le risque d’étourdissement.

Contrairement aux recommandations, à savoir qu’une plus grande consommation de sodium ou sel peut contribuer à prévenir l’étourdissement lorsqu’on passe un peu rapidement de la position assise à la position debout, cette équipe du Centre médical Beth Israel Deaconess (BIDMC- New York) suggère qu’un apport en sodium plus élevé va plutôt, du moins dans certains cas, augmenter le risque d’étourdissement. De nouvelles données, présentées dans le Journal of Clinical Hypertension qui suggèrent que le rôle du sel/sodium dans notre alimentation reste encore bien mal compris. 

 

L’hypotension orthostatique qui se manifeste par des étourdissements lors de la prise de position debout, est fréquente. Précisément définie par une chute de la pression artérielle systolique au passage en position debout, avec une sensation de malaise ou de vertige, l’hypotension orthostatique, une déficience de compensation de notre système circulatoire, un système de compensation permettant de maintenir un flux sanguin constant dans le corps en dépit de nos changements de position. Normalement, lorsque nous nous levons, notre cœur pompe automatiquement plus vite pour maintenir la pression artérielle et assurer l'irrigation du cerveau. Cependant ce système fonctionne parfois moins bien avec l'âge et de courtes baisses de pression artérielle -ou hypotension- peuvent intervenir lors de brusques changements de posture. Ces moments d'hypotension peuvent entraîner de courtes périodes de vertige. Bien que généralement légère, cette hypotension passagère est un facteur reconnu d’événements cliniques néfastes, dont les chutes. Jusqu’ici, une plus grande consommation de sodium était considérée comme une intervention pouvant prévenir ces étourdissements, cette étude constate que ce n’est pas toujours le cas.

 

Une augmentation des niveaux de sodium pourrait parfois favoriser ces étourdissements : Les chercheurs ont analysé les données de l’essai DASH, une étude croisée randomisée portant sur les effets de 3 niveaux d’apport de sodium différents (1.500, 2.300 et 3.300 mg / j) sur la pression artérielle. Tous les participants ont suivi chacun des 3 niveaux de sodium dans un ordre aléatoire pendant 4 semaines. La moitié des participants a suivi ces apports de sodium dans le cadre d'un régime américain typique (un régime de contrôle), tandis que l'autre moitié a respecté ces niveaux de sodium dans le cadre d’un régime DASH. Les résultats suggèrent que :

  • la théorie qu’une réduction des niveaux de sodium pourrait favoriser ces étourdissements n’est pas « scientifiquement fondée ».
  • L’étude remet ainsi en cause le principe d’un apport plus élevé en sodium pour traiter ces étourdissements, et suggère même des effets négatifs possibles sur la santé cardiovasculaire.
  • Enfin, des sous-analyses chez des groupes spécifiques de patients, notamment les adultes plus âgés (60 ans et plus) et les adultes souffrant d'obésité, montrent que les effets du sodium sur les étourdissements orthostatiques diffèrent entre ces groupes. En particulier, un apport plus élevé de sodium augmente ce risque chez les jeunes, mais semble le réduire légèrement chez les plus âgés.

 

 

Des implications cliniques : ces données mettent en garde contre la recommandation d'une augmentation de l'apport en sodium comme traitement universel de la sensation de vertige de type hypotension, explique l’auteur principal, le Dr Stephen Juraschek, médecin au BIDMC : « Il nous faut mener d’autres recherches pour mieux comprendre le rôle du sodium, et plus généralement du régime alimentaire, sur l’hypotension orthostatique ».

 

« Le sel est partout dans nos aliments, mais ses effets restent mal compris ».

Autres actualités sur le même thème