Vous recherchez une actualité
Actualités

HYPOTHYROÏDIE et APNÉE du sommeil : Le lien se resserre

Actualité publiée il y a 9 mois 3 semaines 22 heures
Journal of Clinical Endocrinology & Metabolism
Les patients atteints d'hypothyroïdie sont plus susceptibles de développer des troubles du sommeil

Les chercheurs de la Texas Tech University (TTU) démontrent ici un lien jusque-là suspecté entre hypothyroïdie et apnée du sommeil : ainsi, les patients atteints d'hypothyroïdie sont plus susceptibles de développer des troubles du sommeil, un symptôme qui vient ainsi s’ajouter aux troubles du métabolisme et du rythme cardiaque. L’analyse, présentée dans le Journal of Clinical Endocrinology & Metabolism qui incite les médecins à rechercher l’association chez leurs patients a 2 autres implications : le constat d’une prévalence bien plus élevée de l’hypothyroïdie en population générale et l’intérêt de l’analyse de très grandes bases de données pour détecter de telles associations.

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

 

Plusieurs études avaient déjà cherché à déterminer s'il existait un lien entre des troubles de la thyroïde, tels que l'hypothyroïdie, une diminution des taux d'hormones thyroïdiennes et l'apnée du sommeil. Cependant, ces études reposaient généralement sur des observations cliniques limitées par de petits échantillons de population et concluant à des résultats contradictoires.

Sensibiliser les médecins à l'association hypothyroïdie - apnée du sommeil

Une grande base de données pour détecter descomorbidités : Cette équipe de la TTU a analysé les données de la grande Enquête nationale (américaine) sur la santé et la nutrition (NHANES), menée par les Centers for Diseases Control and Prevention (CDC). Cette très large cohorte apporte des données démographiques et comportementales détaillées, de santé physique, de résultats de tests de laboratoire et sur les traitements suivis par ses participants. Sa vague 2007-2008 apporte les données de taux de thyréostimuline (TSH) ainsi que les données de sommeil pour chaque participant. L'analyse constate que :

  • Les participants avec diagnostic d’hypothyroïdie sont près de 2 fois (1,88) plus susceptibles de souffrir d'apnée du sommeil ;
  • les patients hypothyroïdiens qui suivent un traitement hormonal substitutif (THS) au moment de l'évaluation présentent 2,51 fois plus de risque de recevoir un diagnostic d'apnée du sommeil, quel que soit leur niveau de TSH.

Les grandes bases de données comme celle constituée par la NHANES offrent aux chercheurs la possibilité d’effectuer des estimations précieuses sur des sous-groupes  spécifiques de population. Ici, l’analyse montre que

  • jusqu’à 2,4% de la population adulte américaine souffre d’hypothyroïdie non diagnostiquée ;
  • près de 20% des personnes diagnostiquées avec une hypothyroïdie ont des taux de THS supérieurs à la normale.

 

 

L’auteur principal de l’étude, le Dr M. Thavaraputta commente ces résultats : « A l'avenir, si cette relation est établie, l'évaluation des troubles du sommeil chez les patients atteints d'hypothyroïdie pourrait être bénéfique pour améliorer le niveau de soins, la qualité de vie et les résultats du traitement ». Si le clinicien peut avoir des idées sur les associations ou comorbidités, il n'a pas vraiment le temps de valider ses constats cliniques au niveau de la population générale. C'est tout l'intérêt de l'analyse de grandes bases de données.

Autres actualités sur le même thème