Vous recherchez une actualité
Actualités

DIABÈTE : 6 heures de sommeil en moins suffisent à augmenter le risque

Actualité publiée il y a 1 année 1 mois 1 semaine
American Journal of Physiology
Perdre seulement 6 heures de sommeil est déjà un facteur de risque de diabète

Perdre seulement 6 heures de sommeil commence déjà à augmenter le risque de diabète, selon cette étude de l’Université Toho (Japon). Une privation de sommeil, même légère ou ponctuelle modifie le métabolisme du foie et la teneur en graisse. La perte d'une seule nuit de sommeil affecter la capacité du foie à produire du glucose et à traiter l'insuline, augmentant le risque de maladies métaboliques telles que la stéatose hépatique (foie gras) et le diabète de type 2. Des résultats présentés dans l'American Journal of Physiology qui révèlent que l’intolérance au glucose n’est pas seulement liée à l’évolution de l’apport alimentaire, à la dépense énergétique ou au décalage de l’horloge biologique.

 

L’étude est menée sur 2 groupes de souris, un groupe maintenu éveillé pendant 6 heures chaque nuit et un groupe témoin qui peut dormir à sa guise. Les 2 groupes, avant l’étude, avaient accès à un nombre illimité d’aliments riches en matières grasses et à de l’eau sucrée et avaient peu de possibilités d’activité physique. Les chercheurs ont mesuré les taux de glucose et la teneur en graisse du foie immédiatement après la période d'étude et constatent que :

 

 

  • les taux de glycémie sont significativement plus élevés dans le groupe de privation de sommeil vs les témoins dès une première veille de 6 heures ;
  • les taux de triglycérides (graisses) et la production de glucose dans le foie sont également augmenté dans le groupe de privation de sommeil après une seule période d’éveil forcé ;
  • les triglycérides hépatiques élevés sont ici associés à la résistance à l'insuline ou à l'incapacité du corps à traiter correctement l'insuline ;
  • enfin, le manque de sommeil a modifié l'expression des enzymes qui régulent le métabolisme hépatique dans le groupe de privation de sommeil.

 

 

Il s’agit donc de mener des études d'intervention conçues pour prévenir la stéatose hépatique induite par le manque de sommeil et la résistance à l'insuline. Mais la conclusion est claire, une seule nuit blanche modifie déjà la capacité du foie à produire du glucose et à traiter l'insuline.

Autres actualités sur le même thème