Actualités

IMMUNOTHÉRAPIE du CANCER : Une cytokine et un acide gras pour la booster

Actualité publiée il y a 3 mois 1 jour 12 heures
Cancer Cell
Booster ce processus de « ferroptose » dans les cellules tumorales permettrait de renforcer l'efficacité de l'immunothérapie (Visuel adobe Stock 112622103)

Cette équipe de cancérologues et de biologistes du Rogel Cancer Center de l'Université du Michigan vient de découvrir un mécanisme naturel qui sensibilise le cancer et le rend beaucoup plus vulnérable à l'immunothérapie : une cytokine ou protéine qui agit comme un messager dans le corps et qui, en interagissant avec un acide gras, déclenche un type opportun de mort cellulaire. Ces travaux, présentés dans la revue Cancer Cell laissent espérer de pouvoir booster ce processus de « ferroptose » dans les cellules tumorales.

 

Cette étude, menée à la fois in vitro, sur des cultures cellulaires et in vivo, à l’aide d’expériences sur la souris, s’est concentrée sur la libération par des cellules T d’une cytokine (interféron gamma) qui, combinée à un acide gras, l'acide arachidonique, conduit à un type de mort cellulaire appelé ferroptose, en ciblant l'enzyme ACSL4. Or la ferroptose se produit dans les cellules tumorales et joue donc un rôle positif dans l'immunité contre le cancer. Comprendre comment se produit la ferroptose va permettre d’ouvrir de nouvelles voies pour renforcer l'efficacité des immunothérapies du cancer.

Une cytokine combinée à un acide gras, l'acide arachidonique, conduit à un type de mort cellulaire appelé ferroptose, en ciblant l'enzyme ACSL4 (Visuel Cancer Cell)

Cibler ACSL4 pour booster l’immunothérapie

L’auteur principal, le Dr Weiping Zou, directeur du Center of Excellence for Cancer Immunology and Immunotherapy explique que ce mécanisme naturel commence lorsque les lymphocytes T activés libèrent de l'interféron gamma, une protéine de signalisation. Or, l'interféron gamma est déjà bien documenté comme impliqué dans les réponses antitumorales. Cette étude montre que sa combinaison avec l'acide arachidonique, un acide gras présent dans le microenvironnement tumoral, active ACSL4, modifie le schéma lipidique des cellules tumorales et induit naturellement la ferroptose des cellules tumorales.

 

Ainsi, la ferroptose tumorale dépendante de l'ACSL4 est un des modes d'action des cellules T et cibler ACSL4 sensibilise le cancer à l'immunothérapie.

 

Booster la ferroptose dans les cellules tumorales : cette équipe est pionnière dans l’identification du rôle clé de la ferroptose dans l'immunité et le traitement du cancer. Son concept est qu’en ciblant cette voie il devient possible d’améliorer l'efficacité de l'immunothérapie chez les patients atteints de cancer. Alors que l'immunothérapie a radicalement changé les résultats de certains cancers, notamment du mélanome, dans d’autres- comme le cancer du poumon-, ce type de thérapie ne fonctionne que chez environ 30 % des patients.

 

Mieux comprendre la biologie de la ferroptose chez les patients atteints de cancer, dont l’implication de différents acides gras et lipides alimentaires dans ce processus, pourrait permettre d’améliorer l’efficacité des immunothérapies pour la plupart des cancers.

Autres actualités sur le même thème