Actualités

HPV : Une supplémentation pour éliminer l'infection

Actualité publiée il y a 1 mois 2 semaines 4 jours
Frontiers in Oncology
 Cette supplémentation semble aider, chez une majorité de femmes infectées, le système immunitaire à éliminer les infections à papillomavirus humain (HPV) (Visuel Adobe Stock 356031943)

Cette nouvelle option de traitement semble prometteuse pour éliminer l'infection par le VPH, conclut cette équipe d’oncologues de l'Université du Texas (UTHealth) à Houston, qui documente, dans la revue Frontiers in Oncology, l’efficacité de l’utilisation quotidienne d'un extrait de champignon. Cette supplémentation semble aider, chez une majorité de femmes infectées, le système immunitaire à éliminer les infections à papillomavirus humain (HPV).

 

Les infections au HPV peuvent causer différents problèmes de santé, des verrues génitales aux cancers. Cependant, les vaccins contre le HPV peuvent protéger contre l'infection et ses effets secondaires. Il n’existe en fait pas d'autre option efficace contre les infections persistantes au HPV, en dehors de la stratégie de surveillance active, une fois l’infection diagnostiquée. Une supplémentation, facile à prendre, pourrait apporter un niveau de protection, voire de traitement non négligeable.

Le composé AHCC ((active hexose correlated compound) est un extrait de champignon.

L’essai de phase II randomisé, en double aveugle et contrôlée par placebo montrent que la supplémentation en « AHCC® » peut aider la plupart des patients à éliminer leur infection par le HPV et peut réduire le risque à long terme de cancer associé », résume l’auteur principal, le Dr Judith A. Smith, professeur au Département de Obstétrique, gynécologie et sciences de la reproduction à l'UTHealth Houston. Le supplément AHCC confirme également ici sa sécurité.

 

L'essai est mené auprès de femmes ayant au moins deux années d'antécédents de HPV persistant et à risque élevé de cancer. Les 22 participantes du groupe d’intervention ont reçu la supplémentation durant 6 mois, puis 6 mois de placebo. Les participantes du groupe témoin ont reçu un placebo pendant 12 mois. L’analyse révèle que :

 

  • 14 des 22 patientes (63,6 %) du groupe d’intervention sont devenus négatives pour l’infection à HPV.

 

Bien que la supplémentation en AHCC n'aide pas toutes les participantes, sa sécurité et sa disponibilité incitent à envisager aujourd'hui une utilisation élargie mais sur prescription bien sûr, l’objectif étant de soutenir le système immunitaire dans sa lutte contre l’infection.

Autres actualités sur le même thème