Actualités

INFECTION PULMONAIRE résistante : Les bienfaits du miel de Manuka

Actualité publiée il y a 2 mois 2 semaines 4 jours
Microbiology
Déjà préconisé dans la cicatrisation des plaies y compris post-op, le miel de manuka pourrait également offrir des bienfaits contre les infections pulmonaires résistantes (Visuel Fotolia 44617243)

Déjà préconisé dans la cicatrisation des plaies y compris post-op, le miel de manuka pourrait également offrir des bienfaits contre les infections pulmonaires résistantes aux médicaments. Combiné à un médicament largement utilisé, le miel de manuka fait ses preuves, ici dans la revue Microbiology,  avec ce cocktail concocté par des scientifiques de l'Université d'Aston (Angleterre) pour traiter une infection pulmonaire mortelle.

 

Le traitement combine le miel de manuka naturel avec l’amikacine, un antibiotique de la famille des aminosides et cette combinaison, administrée sous forme de nébulisation non seulement montre son efficacité à traiter l'infection pulmonaire bactérienne à Mycobacterium abscessus, mais permet aussi, en réduisant son dosage, de réduire considérablement les effets secondaires de l’antibiotique.

 

Mycobacterium abscessus est une bactérie pathogène de la même famille bactérienne que celle qui cause la tuberculose, mais cette bactérie diffère en provoquant de graves infections pulmonaires chez les personnes (en particulier les enfants) souffrant d'affections pulmonaires préexistantes, telles que la mucoviscidose et la bronchectasie, ainsi qu'en entrainant des infections de la peau et des tissus mous. La bactérie est également très résistante aux médicaments.

 

Le miel de manuka est connu depuis longtemps pour ses propriétés médicinales et plus récemment, pour son activité antimicrobienne à large spectre. Les scientifiques anglais confirment ainsi que le miel de manuka a la capacité d’éliminer aussi les infections bactériennes résistantes aux médicaments telles qu’à Mycobacterium abscessus, une infection qui affecte généralement les patients atteints de fibrose kystique ou de bronchectasie (forme de BPCO dans laquelle les voies respiratoires des poumons se dilatent, entraînant une accumulation de mucus en excès qui rend les poumons plus vulnérables aux infections).

Du miel contre la RAM

L'étude menée sur des échantillons de la bactérie Mycobacterium abscessus prélevés sur 16 patients atteints de mucoviscidose a testé l'antibiotique amikacine, combiné avec du miel de manuka, dans l’objectif d’évaluer l’efficacité de la combinaison et de préciser le dosage nécessaire pour tuer la bactérie. L’équipe utilise un modèle pulmonaire et un nébuliseur de laboratoire - un appareil qui produit une fine pulvérisation de liquide souvent utilisé pour inhaler un médicament. En nébulisant ensemble du miel de manuka et de l'amikacine, les chercheurs montrent qu’ils améliorent la clairance bactérienne, même en utilisant des doses plus faibles d'amikacine, ce qui permettrait de réduire les effets secondaires de l’antibiotique. Ainsi, cette approche thérapeutique utilisant du miel de manuka nécessite une dose de seulement 2 microgrammes par millilitre d'amikacine, ce qui divise par 8 la dose du médicament.

 

La nouvelle approche est donc doublement prometteuse, parce qu'elle a la capacité d’éliminer une infection hautement résistante aux médicaments, mais aussi parce qu'elle permet d’éviter une grande partie des effets secondaires des antibiotiques, et d’améliorer à la fois la survie et la qualité de vie des patients atteints de mucoviscidose.

Rappelons que jusqu'à présent, Mycobacterium abscessus était pratiquement impossible à éradiquer

chez les personnes atteintes de mucoviscidose : « Jusqu'à présent, le traitement des infections pulmonaires à Mycobacterium abscessus était extrêmement problématique en raison de sa résistance aux médicaments. Le spectre d'antibiotiques nécessaires pour combattre l'infection entraîne des effets secondaires graves. L'utilisation de la combinaison amikacine et miel de manuka est très prometteuse en tant que thérapie améliorée pour ces terribles infections pulmonaires ».