Découvrez nos réseaux sociaux
Actualités

INFERTILITÉ masculine : Le microbiome du sperme en question

Actualité publiée il y a 2 mois 3 semaines 5 jours
Scientific Reports
Des facteurs génétiques, de mode de vie et environnementaux (expositions) ont été suggérés pour expliquer la prévalence croissante de l’infertilité. Mais peu d’études se sont encore penchées sur la composition et la santé du microbiome du sperme (Visuel Adobe Stock 292084395)

Des facteurs génétiques, de mode de vie et environnementaux (expositions) ont été suggérés pour expliquer la prévalence croissante de l’infertilité. Mais peu d’études se sont encore penchées sur la composition et la santé du microbiome du sperme. Cette équipe de biologistes et d’urologues de l’Université de Californie - Los Angeles (UCLA) révèle ici, dans les Scientific Reports, qu’un petit groupe de micro-organismes du microbiome, pourrait bien influencer la motilité des spermatozoïdes et donc la fertilité masculine.

 

On « parle » beaucoup plus du microbiome intestinal et au fil des études, on découvre l’étendue de de son influence sur la santé et le bien-être des humains. Le microbiome du sperme pourrait également jouer le même rôle dans la santé du sperme. Selon les chercheurs de l'UCLA, le microbiote du sperme pourrait en effet influencer de manière déterminante certains paramètres du sperme et donc la fertilité masculine. Prenant en compte le nombre de recherches récentes soulignant l’importance du microbiome pour la santé humaine globale, les chercheurs ont donc regardé de plus près comment le microbiome du sperme pouvait avoir un impact sur l’infertilité masculine.

Réguler le microbiome du sperme pour traiter l’infertilité ?

L’exploration des fonctions de ces micro-organismes du microbiome du sperme pourrait en effet ouvrir de nouvelles voies de développement de traitements de l’infertilité masculine. L’analyse révèle que :

  • un microbe en particulier, Lactobacillus iners, peut exercer un impact négatif direct sur la fertilité masculine ;
  • les hommes présentant davantage de ce microbe dans leur sperme sont plus susceptibles d’avoir des problèmes de motilité des spermatozoïdes.

Ces résultats sont en ligne avec de précédentes recherches ayant révélé que les Lactobacillus iners peuvent produire de l'acide L-lactique, ce qui induit localement un environnement pro-inflammatoire, ce qui peut nuire à la motilité des spermatozoïdes.

 

Cependant, les études qui avaient déjà documenté ce lien ce microbe et la fertilité, portaient jusque-là sur le microbiome vaginal. Il s’agit de la première étude à rapporter une association négative entre le microbe et la fertilité masculine.

 

  • 3 types de bactéries du groupe Pseudomonas sont présents chez les patients présentant des concentrations de spermatozoïdes normales et anormales :
  • les bactéries Pseudomonas fluorescens et Pseudomonas stutzeri sont plus fréquentes chez les patients présentant des concentrations anormales de spermatozoïdes ;
  • les bactéries Pseudomonas putida moins fréquentes dans les échantillons présentant des concentrations anormales de spermatozoïdes ;
  • des microbes étroitement apparentés n’ont pas toujours la même corrélation directe avec la fertilité.

Les recherches devront donc se poursuivre pour explorer le microbiome du sperme et son lien avec l'infertilité masculine, conclut l’un des auteurs principaux, le Dr Vadim Osadchiy, urologue à l’UCLA.

 

Ces premiers résultats suggèrent néanmoins que rétablir un certain équilibre du microbiome du sperme pourrait permettre de corriger certains problèmes d’infertilité.

 

Plus sur le Blog Incontinence

Autres actualités sur le même thème