Vous recherchez une actualité
Actualités

INFLAMMATION : Découverte d’un nouvel anti-inflammatoire

Actualité publiée il y a 10 mois 2 semaines 5 jours
Science
Cet inhibiteur d'une enzyme "de l’inflammation", OGG1 pourrait bien mener à de nouveaux traitements pour les maladies inflammatoires

Cet inhibiteur d'une enzyme "de l’inflammation", OGG1 pourrait bien mener à de nouveaux traitements pour les maladies inflammatoires, dont la septicémie, la maladie pulmonaire obstructive chronique et l'asthme sévère, expliquent ces chercheurs du Karolinska Institutet. L’équipe montre, dans la revue Science que des souris dépourvues du gène codant pour la 8-oxoguanine DNA glycosylase 1 présentent en effet, une résistance à l'inflammation. L’enzyme qui se lie aux sites de dommages oxydatifs de l'ADN et initie la réparation de l'ADN s’avère curieusement, une cible prometteuse pour de nouveaux anti-inflammatoires.

 

L’équipe suédoise non seulement met au point une nouvelle molécule anti-inflammatoire mais identifie un tout nouveau mécanisme cible. « C’est la découverte d’une protéine qui, selon nous, déclenche un mécanisme général permettant à l'inflammation de se développer dans les cellules », résume l’auteur principal, le Professor Thomas Helleday du Département Oncologie du Karolinska Institutet.

 

L’enzyme OGG1, en plus de réparer l'ADN, déclenche aussi l’inflammation : cette découverte est l’aboutissement des nombreuses années de recherche de l’équipe de Thomas Helleday sur la façon dont l’ADN est réparé par le corps. L'un des objectifs était de lutter contre le cancer en ciblant les dommages causés à l'ADN des cellules tumorales. Plusieurs avancées ont déjà été signalées, qui ont notamment abouti à la mise au point d'un nouveau traitement du cancer congénital du sein et de l'ovaire utilisant des inhibiteurs de la PARP, disponibles depuis quelques années. En développant une nouvelle molécule pour inhiber l'enzyme qui répare les dommages causés par l'oxygène à l'ADN, les chercheurs ont découvert que cela atténuait également l'inflammation. Il s'est avéré que l'enzyme OGG1, en plus de réparer l'ADN, déclenche aussi l’inflammation. En inhibant chez des souris l'enzyme OGG1, l’équipe parvient à atténuer l'inflammation.

 

De nouveaux traitements anti-inflammatoires en vue ? Les chercheurs poursuivent sur le potentiel de cet inhibiteur de l'OGG1 en particulier pour le traitement de maladies inflammatoires sévères dont la septicémie, la MPOC et l'asthme.

Autres actualités sur le même thème