Actualités

INSUFFISANCE RÉNALE et AVC : Une association confirmée

Actualité publiée il y a 9 mois 3 semaines 1 jour
Neurology
L'insuffisance rénale chronique a un lien déjà bien connu avec l'AVC, car les patients dont la fonction rénale est altérée sont 2 fois plus susceptibles que les personnes en bonne santé de subir un AVC (Visuel Adobe Stock 164091433)

Près de 10 % de la population mondiale souffre d'insuffisance rénale chronique. L'insuffisance rénale chronique a un lien déjà bien connu avec l'AVC, car les patients dont la fonction rénale est altérée sont 2 fois plus susceptibles que les personnes en bonne santé de subir un AVC. Ces nouvelles données, issues d’une étude du National Cerebral and Cardiovascular Center du Japon, publiées dans la revue Neurology et qui corrèlent l’insuffisance rénale à un risque significativement accru d’un type bien précis d’AVC vont permettre de mieux guider le traitement préventif. En effet, jusque-là, le lien entre une mauvaise santé rénale et les différents types d'AVC n’était pas précisé.

 

L’analyse des données de cette grande cohorte, la Japan Stroke Data Bank indique qu’une fonction rénale altérée est associée à un sous-type d'AVC spécifique : les patients présentant ces indicateurs de mauvaise fonction rénale sont plus susceptibles de subir un accident vasculaire cérébral cardio-embolique, c’est-à-dire causé par l’embolisation d’un caillot de sang venant du cœur ou végétation, notamment en cas d’endocardite. Les AVC cardio-emboliques représentent environ 15 % des AVC.- En revanche, ces patients présentant une mauvaise fonction rénale sont moins susceptibles de subir une occlusion des petits vaisseaux.

Un lien bien précis entre l'insuffisance rénale et l'AVC cardio-embolique

L’auteur principal, Kaori Miwa, rappelle que les précédentes études aboutissaient à des résultats mitigés, en prenant en compte l’ensemble des AVC. Ici, l’équipe analyse les données cliniques de plus de 10.000 participants ayant subi un AVC aigu, dont les données de diagnostic détaillées de l'AVC. L’analyse révèle que :

 

  • de faibles taux de filtration et des niveaux élevés de protéines dans l'urine sont associés à l'AVC cardio-embolique ;
  • chez ces patients, l'occlusion des petits vaisseaux ou AVC ischémique, est en revanche moins fréquente ;
  • de faible taux de filtration prédisent également une invalidité après un AVC cardio-embolique ainsi qu’un risque accru de décès pendant l'hospitalisation.

 

Il existe donc bien une association statistiquement significative entre l'insuffisance rénale et les résultats cliniques après un sous-type d'AVC spécifique, concluent les auteurs.

Autres actualités sur le même thème