Découvrez nos réseaux sociaux
Actualités

INSUFFISANCE RÉNALE : L’exercice pendant la dialyse ?

Actualité publiée il y a 9 mois 1 jour 4 heures
NEJM Evidence
Les patients insuffisants rénaux qui pratiquent des exercices légers pendant la dialyse sont en meilleure forme physique et sont à moindre risque d’hospitalisation (Visuel Adobe Stock 187867109)

Cette équipe de l’Université technique de Munich (TUM) le rappelle, les patients insuffisants rénaux qui pratiquent des exercices légers pendant la dialyse sont en meilleure forme physique et sont à moindre risque d’hospitalisation. Cette étude à grande échelle, publiée dans le New England Journal of Medicine (NEJM) Evidence soutient ainsi la mise en œuvre de programmes d'exercices dans les centres ou services de dialyse.

 

Une précédente étude de l'Université de Leicester avait déjà mis en lumière les bénéfices du cyclisme intra-dialytique. Alors que les maladies cardiovasculaires sont la principale cause de décès chez les patients hémodialysés, l’exercice pendant la dialyse, contribue à maintenir la santé cardiaque.  L’auteur principal de la nouvelle étude, le Dr Martin Halle, professeur de médecine sportive préventive et de réadaptation souligne ainsi que : « les limitations imposées par la maladie rénale et le temps requis pour la dialyse signifient souvent que ces patients font peu d'exercice physique. Il faut changer cela ».

Développer des programmes d'exercices personnalisés pour les patients dialysés

L’étude est menée auprès d’un millier de patients traités dans 21 centres de dialyse sélectionnés à partir des données des caisses d'assurance maladie pour s'assurer de leur représentativité des patients dialysés en termes d'âge, de sexe et de santé globale. Sur une période de 12 mois, la moitié des participants ont effectué des séances d'exercices supervisés parallèlement à leur dialyse, tandis l’autre groupe a bénéficié du suivi médical standard. Ces séances comprenaient 30 minutes d'entraînement d'endurance sur un vélo et 30 minutes supplémentaires d'exercices avec des poids, des bandes de résistance et des ballons. Les exercices étaient adaptés aux capacités de chaque patient. L’expérience montre, à 1 an, que :

 

  • la santé des participants du groupe d’intervention s’est considérablement améliorée ;
  • leur endurance en particulier ;
  • le taux d’hospitalisation est réduit de 60 % ;
  • en revanche, dans le groupe témoin, ces valeurs avaient régressé.

 

Ainsi, ces observations démontrent qu’un programme d’exercice individualisé apporte des améliorations tangibles de la qualité de vie et de l'autonomie aux patients sous dialyse. De plus, les dépenses de santé sont réduites.

 

Il reste à obtenir que ce type de programme d’exercice soit pris en charge par les caisses d’assurance maladie et les complémentaires santé, expliquent les auteurs : « il est important d'adopter une vision holistique de la santé, en particulier lorsqu'il s'agit de patients âgés et « handicapés ». Bien que la médecine de pointe soit importante, elle ne peut atteindre son potentiel optimal qu'en combinaison avec la prévention ».