Vous recherchez une actualité
Actualités

INSUFFISANCE RÉNALE : Pédaler pendant la dialyse ?

Actualité publiée il y a 6 mois 1 semaine 4 jours
Kidney International
Un programme de cyclisme intra-dialytique réduiyt le risque cardiovasculaire des patients dialysés (Visuel adobe Stock 11041923)

Cette étude de l'Université de Leicester sur la pratique du vélo par les patients dialysés et pendant leur dialyse, révèle des bénéfices inattendus sur la santé cardiaque de ces patients insuffisants rénaux. Avec deux grands avantages, l’amélioration des résultats et de la qualité de vie des patients, mais aussi des économies conséquentes pour les systèmes de santé. Des conclusions publiées dans la revue Kidney International qui encouragent donc en pratique au "cyclisme intra-dialytique" -ce qui implique, bien sûr, un aménagement du centre de dialyse.

 

On sait aujourd’hui que les maladies cardiovasculaires sont la principale cause de décès chez les patients hémodialysés. La dialyse peut entraîner des cicatrices cardiaques qui, en s'accumulant au fil du temps, peuvent conduire à l’insuffisance cardiaque

Or, l'exercice atténue de nombreux facteurs de risque cardiovasculaires, en général et particulièrement chez ces patients. Les chercheurs britanniques ont donc eu l’idée d’évaluer les effets d'un programme de "cyclisme intra-dialytique" sur la masse ventriculaire gauche et d'autres mesures pronostiques pertinentes de la maladie cardiovasculaire, évaluées notamment par IRM cardiaque

Conjuguer activité et soins et contrer les effets secondaires cardiovasculaires de la dialyse

L’essai « CYCLE-HD », un essai prospectif, ouvert et contrôlé randomisé a donc été conçu pour détecter une différence de masse ventriculaire gauche entre les patients suivant un programme de 6 mois de pratique du vélo (groupe d'exercice) et des patients poursuivant les soins habituels. (groupe témoin). En pratiques, les participants du groupe d’intervention devaient pratiquer 30 minutes d'exercice d'intensité modérée sur un vélo spécialement adapté, durant leurs séances de dialyse. Après 6 mois, les cœurs des participants ont été évalués par IRM et comparés à l’IRM réalisée avant le début de l’essai. L’expérience révèle que :

 

  • les patients du groupe d’intervention bénéficient de plusieurs améliorations sur plusieurs aspects de la santé cardiaque, la taille du cœur, la réduction du nombre de cicatrices et la réduction de la rigidité artérielle ;
  • au-delà de ces bénéfices pour ces patients dialysés, le programme a permis des économies substantielles en soins de santé estimées à plus de 1.500 € par patient.

 

L’auteur principal, le Dr James Burton, professeur de néphrologie à l’Université de Leicester confirme « qu’être plus actif réduit le risque de maladie cardiaque, permet de contrôler le poids, de réduire la tension artérielle et le cholestérol et d’améliorer la santé mentale. Pour toutes ces raisons, mais surtout parce que le risque de maladie cardiaque est si élevé chez ces patients,

rester actif est particulièrement important pour les patients sous dialyse ».

 

Rompre l'inactivité des 4 heures de dialyse : lorsqu’aujourd’hui le patient se rend à l'unité de dialyse et en revient, il a passé 4  heures connecté à l'appareil de dialyse et c’est ainsi plusieurs fois par semaine pour la plupart des patients.

 

Cette étude originale propose un moyen pour conjuguer activité et soins, réduire les effets secondaires de la dialyse et réaliser une économie significative pour le système de santé.  

 

« L'exercice pendant la dialyse peut offrir un grand nombre d'avantages. Le cyclisme permet de maintenir nos patients actifs et les aider à passer ces longues périodes de traitement. Cette intervention simple maintient leur cœur en bonne santé et compense le risque cardiaque majeur associé à l'insuffisance rénale ».

Autres actualités sur le même thème