Actualités

La GRAISSE BRUNE, un rempart contre les maladies chroniques ?

Actualité publiée il y a 1 année 8 mois 1 semaine
Nature Medicine
Présenter de la graisse brune en plus forte quantité, est associé à un risque considérablement diminué de maladies cardiaques et métaboliques (Visuel MSKCC radiologists Andreas G. Wibmer and Heiko Schöder.)

Cette étude de scientifiques de l’Université Rockefeller (New York), menée auprès de pas moins de 50.000 participants révèle tous les avantages protecteurs de la graisse brune. Les conclusions, présentées dans la revue Nature Medicine révèlent que présenter de la graisse brune en plus forte quantité, est associé à un risque considérablement diminué de maladies cardiaques et métaboliques dont le diabète de type 2 ou la maladie coronarienne.

 

La graisse brune -ou tissu adipeux brun-, contrairement à la graisse blanche, qui stocke des calories, brûle de l'énergie. De nombreuses équipes à la recherche de traitement de l’obésité espèrent parvenir à transformer la mauvaise graisse en tissu adipeux brun. Cependant ce n’est que récemment qu’a été suggérée une association possible entre la graisse brune (à gauche sur visuel) et une meilleure santé. Ensuite, il est difficile d'identifier les personnes qui présentent plus de graisse brune car ce tissu est plutôt situé profondément à l'intérieur du corps.

La graisse brune semble protéger des effets nocifs de la graisse blanche.

Il s’agit de la plus large étude menée sur le sujet, soit sur l’association entre la graisse brune et toute une série de résultats de santé. En effet, bien que la graisse brune ait été étudiée pendant des décennies chez les nouveau-nés et les animaux, ce n'est qu'en 2009 que les scientifiques se sont rendu compte qu'elle pouvait être également trouvée en bonne quantité chez certains adultes, généralement autour du cou et des épaules. Depuis, les chercheurs se sont efforcés de comprendre l’action de ces cellules graisseuses particulières, à la capacité de brûler des calories. Avec des limites techniques néanmoins, car la graisse brune n'apparaît que sur les PET scans, un type d'imagerie médicale coûteux qui utilise des radiations. Donc il est difficile de soumettre les participants à ce type d’examen.

Ici, les chercheurs trouvent une alternative auprès des milliers de patients du Memorial Sloan Kettering Cancer Center qui subissent des tomodensitométries (TDM ou scanographies) pour l'évaluation du cancer. Lorsque les radiologues détectent de la graisse brune sur ces scans, ils en prennent régulièrement note pour s'assurer qu'il ne s'agit pas d'une tumeur. Ces examens ont donc représenté une source précieuse de données pour cette étude des effets de la graisse brune en « population générale ».

 

Graisse brune = graisse protectrice : l’équipe a ainsi examiné 130.000 scans de plus de 52.000 patients et a découvert la présence de graisse brune chez près de 10% des individus. L’analyse montre que :

  • plusieurs maladies courantes et chroniques sont moins fréquentes chez les personnes présentant de la graisse brune détectable :
  • 4,6% d’entre elles avaient un diabète de type 2 vs 9,5% chez les participants exempts de graisse brune ;
  • 18,9% une hypercholestérolémie vs 22,2% chez les participants exempts de graisse brune ;
  • les personnes présentant de la graisse brune présentent également un risque plus faible d’hypertension (HTA), d’insuffisance cardiaque congestive et de maladie coronarienne ;
  • la graisse brune semble également atténuer les effets néfastes de l'obésité sur la santé : alors qu’en général, les personnes obèses ont un risque accru de maladies cardiaques et métaboliques, ici les participants obèses présentant de la graisse brune ont un risque similaire à celui de personnes non obèses.

 

Quels mécanismes protecteurs ? Ces mécanismes par lesquels la graisse brune peut contribuer à une meilleure santé ne sont pas totalement compris, cependant les chercheurs proposent que :

  • les cellules graisseuses brunes consommant du glucose pour brûler des calories, il est possible que cela contribue à abaisser la glycémie, un facteur de risque majeur de diabète ;
  • le tissu adipeux brun pourrait également faire plus que consommer du glucose et brûler des calories, mais participer aussi à la signalisation hormonale vers d'autres organes, ce qui pourrait expliquer les effets protecteurs contre la maladie cardiaque.

 

La question que tout le monde se pose est :

« Mais que puis-je faire pour avoir plus de graisse brune ? »

« Nous n'avons pas encore la réponse mais c’est un sujet de recherche passionnant. Car au fil des études, les bienfaits pour la santé de la graisse brune sont de mieux en mieux documentés. Nos résultats suggèrent que le ciblage de la graisse brune pourrait en effet avoir de multiples bénéfices thérapeutiques ».

Autres actualités sur le même thème

ABONNEMENT PREMIUM

Accédez sans limite à plus de 15 000 actualités