Découvrez nos réseaux sociaux
Actualités

CAFÉ et risque de cholestérol

Actualité publiée il y a 1 année 12 mois 4 jours
Open Heart
Le café est le stimulant central le plus consommé dans le monde. En raison de cette forte consommation, même de petits effets sur la santé peuvent avoir des conséquences considérables en santé publique (Visuel Fotolia)

Le café est le stimulant central le plus consommé dans le monde. En raison de cette forte consommation, même de petits effets sur la santé peuvent avoir des conséquences considérables en santé publique, relèvent ces chercheurs de l’Arctic University et de l’Université d’Oslo (Norvège) et de l’Université de Gothenburg (Suède). Ils se concentrent sur un effet du café, l’augmentation du cholestérol et démontrent, dans la revue Open Heart, l’impact de 2 facteurs particuliers, le sexe du consommateur et la méthode de brassage.

 

Ces 2 facteurs pourraient être la clé du lien entre le café et l'augmentation du cholestérol, un facteur de risque bien connu de maladie cardiaque : ainsi, la consommation d'espresso apparaît associée à la plus grande différence entre les sexes dans le taux de cholestérol et le café fait avec une cafetière simple « à piston » est associé à une différence moindre entre les sexes dans cet effet « cholestérol ».

 

L’étude porte précisément sur certains composés chimiques naturellement présents dans le café, les diterpènes, le cafestol et le kahwéol, à l’origine de cette augmentation possible des taux de cholestérol dans le sang. La méthode de brassage a son influence sur les niveaux de ces composés mais on ignore quelle est exactement leur concentration dans les cafés les plus consommés, comme le café expresso.

Les chercheurs ont comparé les effets « cholestérol » du café expresso vs d'autres modes de préparation chez 21.083 consommateurs (11 074 femmes et 10 009 hommes) âgés de 56 ans en moyenne, participant à l'étude de Tromsø débutée en 1974 et chevée en 2015-6. L’analyse a pris en compte le nombre de tasses de café consommées chaque jour et le type de café consommé. Des échantillons de sang ont été prélevés et la taille et le poids mesurés. Les chercheurs ont également pris en compte les facteurs de confusion possibles, dont le régime alimentaire et le mode de vie, y compris le tabagisme, la consommation d'alcool et la pratique de l’activité physique, le niveau d’études et le diabète de type 2. L’analyse constate que :

 

  • les femmes consomment en moyenne un peu moins de 4 tasses de café par jour, les hommes en moyenne près de 5 ;
  • l'association entre le café et le cholestérol total sérique varie selon la méthode e préparation, avec des différences significatives entre les sexes ;
  • la consommation de 3 à 5 tasses d'espresso par jour est significativement associée à une augmentation du cholestérol total sérique, en particulier chez les hommes ; vs les non-consommateurs, une telle consommation est associée à un taux de cholestérol sérique accru de 0,09 mmol/l chez les femmes et accru de 0,16 mmol/l chez les hommes ;
  • la consommation quotidienne de 6 tasses ou plus de café « à piston » est également associée à une augmentation du cholestérol mais à un degré similaire chez les hommes et chez les femmes : 0,30 mmol/l de plus chez les femmes et 0,23 mmol/l de plus chez les hommes ;
  • 6 tasses ou plus de café « filtré » par jour était associé à une augmentation de 0,11 mmol/l de cholestérol chez les femmes, mais pas chez les hommes ;
  • le café instantané est associé à une augmentation du cholestérol chez les deux sexes, cependant l’augmentation n’est pas dose-dépendante (en fonction du nombre de tasses consommées) ;
  • les différents types d'espresso préparés avec une machine à café, des capsules …apportent des niveaux différents des composés chimiques naturels pouvant faire augmenter les niveaux de cholestérol ;

"Le café contient plus d'un millier de composés phytochimiques divers.

L'apport de chaque composé dépend également de la variété des espèces de café, du degré de torréfaction, du type de méthode d'infusion et de la taille de la portion, mais aussi du sexe du consommateur », nous apprend cette étude, qui s’ajoute à de précédentes recherches ayant suggéré que le cafestol et le kahweol, en plus d'augmenter le cholestérol total, ont des effets bénéfiques, anti-inflammatoires, protecteurs pour le foie et contre les risques de cancer et de diabète.


Autres actualités sur le même thème

ABONNEMENT PREMIUM

Accédez sans limite à plus de 15 000 actualités