Découvrez nos réseaux sociaux
Actualités

Le BÉNÉVOLAT, c’est bon aussi pour les plus jeunes

Actualité publiée il y a 10 mois 2 semaines 5 jours
JAMA Network Open
Les enfants et les adolescents qui pratiquent le bénévolat présentent ensuite un meilleur épanouissement mental et physique (Visuel Fotolia 34953630)

De nombreuses études ont aujourd’hui montré que « le bénévolat, c’est aussi bon pour soi ». Cette nouvelle étude, menée à l'Université du Texas à Houston, applique ce précepte aux plus jeunes et confirme que « faire du bien aux autres est tout aussi bon pour la santé mentale et physique des enfants et des adolescents ». Les conclusions, présentées dans le JAMA Network Open confirment un meilleur épanouissement mental et physique, chez les enfants et les adolescents qui pratiquent le bénévolat.

 

Si les effets positifs du bénévolat sur la santé et le bien-être des adultes sont bien établis, l'effet du bénévolat sur les jeunes reste largement inconnu. L’auteur principal, le Dr Kevin Lanza, professeur d'épidémiologie, de génétique et de sciences environnementales à l'UTHealth Houston parle de résultats « optimistes » : « le bénévolat des jeunes pourrait être une situation gagnant-gagnant, où les jeunes servent la société à leur propre avantage. De plus, les initiatives des jeunes peuvent être partagées, par la suite, par d’autres membres de la famille ou des amis, ce qui contribue, plus largement, à renforcer le soutien et les liens sociaux au sein de la communauté ».

 

L’étude révèle en effet que les jeunes qui ont pratiqué le bénévolat au cours de l'année précédente sont en meilleure santé physique, ont une vision plus positive de la vie et sont également moins susceptibles de souffrir d'anxiété, de dépression ou de troubles du comportement. L'équipe analyse ici  les données déclarées par les parents, participant à une enquête nationale, de près de 52.000 enfants et adolescents âgés de 6 à 17 ans. Parmi ces répondants, un tiers des enfants et un peu plus de la moitié des adolescents avaient fait du bénévolat au cours de l'année écoulée. L’analyse révèle que :

 

  • les parents dont les enfants ont fait du bénévolat sont 33 % plus susceptibles de signaler que leur enfant est en « très bonne » ou « excellente » santé -vs parents dont les enfants n'ont pas fait de bénévolat ;
  • ces mêmes parents sont également entre 18% et 35% moins susceptibles de signaler une dépression, de l’anxiété ou des troubles du comportement, chez leur enfant ;
  • les enfants et les adolescents qui pratiquent le bénévolat sont 66 % plus susceptibles d'être « épanouis » et contrôler leurs émotions, soit de rester calme face aux défis.

 

S’il s’agit de l’analyse de données rapportées par les parents et si l’étude ne prend pas en compte les données de santé des enfants avant le bénévolat, il existe certainement

une association entre le bénévolat et la santé et le bien-être des jeunes et des enfants.

Les auteurs concluent que « les expériences de bénévolat peuvent aider à façonner les valeurs et les intérêts des jeunes, et apporter un équilibre mental qui se poursuit jusqu'à l'âge adulte ».

Plus sur le Blog Pédiatrie

Autres actualités sur le même thème