Vous recherchez une actualité
Actualités

Le GINSENG rouge, suppresseur de métastases

Actualité publiée il y a 9 mois 6 jours 1 heure
Journal of Ginseng Research
Ginseng rouge KMxG fabriqué par traitement micro-ondes (Visuel Korea Institute of Science and Technology- KIST)

Le ginseng est déjà documenté pour de nombreux effets bénéfiques pour la santé, dont ses effets cognitifs, antiviraux, anti-fatigue et même cicatrisants. Cette équipe de biologistes du Korea Institute of Science and Technologie (KIST) révèle ici un nouvel effet du ginseng rouge : un effet suppresseur de métastases du cancer du poumon.

 

Le ginseng rouge a longtemps été utilisé comme ingrédient en médecine traditionnelle coréenne. Sa composition et ses activités varient en fonction de la méthode de préparation, qui est devenue en elle-même un champ de recherche actif.

Une fois ces propriétés anti-métastase identifiées, les scientifiques du KIST ont développé des ginsénosides optimisés en utilisant une méthode de traitement par micro-ondes qui augmente les concentrations de 2 ginsénosides en particulier, Rk1 et Rg5, d’efficaces suppresseurs de métastase du cancer du poumon.

Un effet remarquable et personnalisable anti-métastases du cancer du poumon

C’est en travaillant à la préparation du ginseng que l’équipe de recherche coréenne a découvert cet effet remarquable, d’inhibition des métastases du cancer du poumon. Or non seulement l’incidence du cancer du poumon est élevée mais les décès associés au cancer du poumon sont en majorité attribuables aux métastases. Ces travaux révèlent que 2 composants du ginseng rouge, Rk1 et Rg5, sont capables de supprimer de manière significative les métastases du cancer du poumon.

 

Une technique de préparation par micro-ondes : l’auteur principal, le Dr Ham du KIST a développé une nouvelle méthode de traitement basée sur le même principe qu'un four à micro-ondes, qui, comparée aux méthodes existantes, telles que la vapeur et le séchage répétitifs, permet de multiplier par plus de 20 la concentration des 3 principaux composants actifs du ginseng, Rg3, Rk1 et Rg5. L'équipe démontre que produit avec cette technique, le produit fini nommé « KMxG » est efficace contre les cancers de la prostate, du col de l'utérus et de la peau, et a des effets protecteurs contre les lésions rénales induites par les médicaments.

 

Quel processus d’action ? Contrairement aux cellules normales, qui meurent lorsqu'elles sont séparées de leur tissu d'origine, les cellules cancéreuses peuvent se propager à d'autres tissus et se développent sous forme de métastases. La protéine TGF-β1, une cytokine qui fonctionne comme une protéine de signalisation dans le corps, induit des métastases du cancer du poumon et favorise le développement dans les cellules cancéreuses, de propriétés de type cellules souches. L'équipe du KIST a traité in vitro des cellules cancéreuses du poumon avec Rk1 et Rg5, les principaux composants du ginseng rouge KMxG et montre ici que les deux composants inhibent efficacement ces différents processus liés aux métastases cancéreuses induites par TGF-β1.

 

Ainsi, ces composants du ginseng rouge tuent les cellules cancéreuses mais peuvent également inhiber les métastases du cancer du poumon. Ces premières données prometteuses pourraient conduire au développement futur de médicaments anticancéreux dérivés de produits naturels, soulignent les chercheurs.

 

« Parce que nous pouvons aujourd’hui contrôler la teneur en ingrédient actif du ginseng rouge grâce à cette technique de traitement par micro-ondes, il devient possible de développer des médicaments naturels et personnalisés pour différentes maladies ». La techno vient d’être cédée à une biotech et est actuellement en cours de développement pour la commercialisation.

Autres actualités sur le même thème