Vous recherchez une actualité
Actualités

LONGÉVITÉ : Un cerveau et un corps exercés, c’est la clé

Actualité publiée il y a 2 années 4 mois 1 semaine
Nature Communications
Cette étude majeure des gènes qui sous-tendent la longévité montre en effet que l'éducation aussi, mène à une vie plus longue

 Le choix du mode de vie mais aussi l’éducation apparaissent comme déterminants dans l’espérance de vie de chacun, et quel que soit son profil génétique, confirme cette très large étude de l’Université d'Edimbourg. Apprendre à tous âges et rester en forme apparaît ici comme une clé évidente pour optimiser la durée de vie. Cette étude majeure sur le rôle de la génétique et du mode de vie, présentée dans la revue Nature Communications, et menée sur plus de 600.000 participants de 25 études réalisées en Europe, Australie et Amérique du Nord, encourage ainsi chacun à se prendre en mains et à devenir acteur de sa propre longévité.

Quelques exemples illustrent ce principe : les personnes en surpoids réduisent leur espérance de vie de 2 mois par kilogramme en trop et en s’arrêtant de fumer, les fumeurs se donnent aussi les moyens, par plus d’apprentissage comme par plus d’exercice, de prolonger leur durée de vie. Cette étude majeure des gènes qui sous-tendent la longévité montre en effet que l'éducation aussi, mène à une vie plus longue, avec presque une année supplémentaire d’espérance de vie pour chaque année passée à étudier.

 

Les scientifiques de l'Université d'Edimbourg analysent ici les données génétiques de plus de 600.000 personnes, ainsi que les données de durée de vie de leurs parents, afin de prendre en compte l'impact des différents gènes associés à l'espérance de vie. Car nos choix de mode de vie sont également et dans une certaine mesure, influencés par nos gènes, dans la mesure où certains sont directement liés à des choix de mode de vie et des facteurs de risque, comme la consommation d'alcool et la toxicomanie. Les chercheurs ont donc ainsi, dans un premier temps, pu identifier les gènes les plus influents sur la durée de vie.

 

Les principaux facteurs de style de vie/génétiques favorables ou défavorables à la longévité :

  • les chercheurs identifient -ce qui n’est pas une surprise le tabagisme et les traits génétiques associés au cancer du poumon comme le facteur ayant l’impact le plus fort sur le raccourcissement de la durée de vie : fumer un paquet de cigarettes par jour pendant toute la durée de vie, la raccourcit en moyenne 7 ans. En revanche, en s’arrêtant, les fumeurs peuvent espérer vivre aussi longtemps que quelqu'un qui n'a jamais fumé.
  • La graisse corporelle et d'autres facteurs liés au diabète ont également une influence forte sur l'espérance de vie.
  • 2 nouvelles mutations qui affectent la durée de vie sont également identifiées : la première porte sur un gène qui affecte les niveaux de cholestérol sanguin et la mutation en question réduit la durée de vie d'environ 8 mois. La seconde sur un gène lié au système immunitaire, elle ajoute environ 6 mois à l'espérance de vie.

 

Enfin, c’est un exemple de la puissance des analyses de mégadonnées qui, dans ce cas, permettent de comparer l'effet de différents comportements et maladies en termes de temps de vie perdu ou gagné, à une année ou même un mois près.

Autres actualités sur le même thème