Vous recherchez une actualité
Actualités

LONGÉVITÉ : Un nouveau candidat pour prolonger la vie

Actualité publiée il y a 2 mois 1 semaine 1 jour
BMC Systems Biology
L'étude documente un nouveau gène candidat et une nouvelle voie comme des cible possibles pour augmenter la durée de vie des humains.

L’intérêt est croissant pour les mécanismes du vieillissement et de la longévité, et de nombreuses équipes sont à la recherche de cibles pour développer des médicaments contre les maladies liées à l'âge. Cette étude d’une équipe de l'Institute of biology of Komi Science Center (Russie) documente ici un nouveau gène candidat et une nouvelle voie comme des cibles prometteuses pour augmenter la durée de vie humaine.

 

C’est depuis des années, l’objectif du Dr. Alexey Moskalev, responsable du laboratoire des technologies géroprotectrices et radioprotectrices, l’auteur principal de cette étude, menée chez la mouche. Précisément, son étude évalue l'effet de la surexpression du gène 1 non apparié dans différents tissus, sur la durée de vie de Drosophila melanogaster.

 

Tout part de la voie de signalisation « JAK / STAT »

 « JAK / STAT » est une voie biologique impliquée dans la régulation de nombreux processus cellulaires dont la division et la différenciation cellulaires, la survie et la mort programmée, l'expression génique et le complexe de la chromatine. La voie de signalisation JAK / STAT détermine la capacité à renouveler et à maintenir l'homéostasie tissulaire en contrôlant le fonctionnement des cellules souches et la genèse des cellules différenciées. Tous ces processus affectent la longévité cellulaire et tissulaire. Mais l'expression des protéines appartenant à la voie JAK / STAT, décroît avec le temps. Pour autant, l'effet bénéfique de leur stimulation sur la longévité et la santé n'est étudié que depuis récemment.

 

L’étude menée sur ce modèle animal Drosophila melanogaster regarde l'effet sur la durée de vie, de l'activité accrue du gène 1 non apparié, qui code le ligand de la voie JAK / STAT - une molécule de signalisation qui provoque le déclenchement du processus. La surexpression de ce gène entraîne des effets différents selon le tissu où le gène est activé, cependant ces premiers résultats montrent qu’il est possible de réguler la durée de vie et le taux de vieillissement en intervenant ainsi sur la voie de signalisation JAK / STAT. Le moyen le plus simple consisterait à utiliser des agents pharmacologiques et des substances biologiquement actives sur l'expression du gène en question.

 

En conclusion, un médicament ciblant la voie JAK / STAT semble prometteur pour augmenter la durée de vie des humains.

Autres actualités sur le même thème