Actualités

MALADIE PARODONTALE : Marqueur ou facteur de risque cardiaque et mental ?

Actualité publiée il y a 8 mois 2 semaines 4 jours
BMJ Open
Les gencives seraient-elles, un peu comme nos yeux, également une fenêtre sur notre cerveau ?  (Visuel Adobe Stock 372482079)

Les gencives seraient-elles, un peu comme nos yeux, également une fenêtre sur notre cerveau ? C’est la nouvelle donnée, apportée par cette étude, qui confirme certes le lien entre la gingivite et le risque de maladie cardiaque, mais ajoute également sa corrélation avec le risque de trouble de la santé mentale. Avec cette étude, les chercheurs de l'Université de Birmingham précisent le risque accru d’un très large spectre de maladies, associées à la maladie des gencives. La maladie des gencives est-elle donc un marqueur ou un facteur de ces maladies ? C’est la question posée par ces travaux, publiés dans le British Medical Journal (BMJ) Open.

 

Il s’agit d’une large analyse des dossiers de 64.379 patients ayant des antécédents de maladie parodontale, enregistrés par le médecin généraliste, dont la gingivite et la parodontite. Parmi les participants,

  • 60.995 avaient une gingivite
  • 3.384 une parodontite.

 

Les données de santé de ces patients, âgés en moyenne de 44 ans et à 43% des hommes, ont été comparées à celles de 251.161 patients témoins, exempts de maladie parodontale. 30 % des participants fumeurs. Les participants ont été suivis durant 3 ans.  

L’analyse révèle qu'au cours du suivi,

les participants à antécédents de maladie parodontale sont plus susceptibles d'être diagnostiqués avec une condition cardiaque ou mentale ;

  • leur risque de développer une maladie mentale est accru de 37%,  
  • une maladie auto-immune, de 33%,
  • une maladie cardiovasculaire, de 18%,
  • un trouble cardiométabolique, de 7%,
  • un diabète de type 2, de 26%.

 

L’auteur principal, le Dr Joht Singh Chandan, de l'Université de Birmingham commente ces résultats : « Une mauvaise santé buccodentaire est extrêmement courante, et à long terme, elle peut entraîner une dégradation considérable de la qualité de vie. Jusqu'à présent, on ignorait l'association entre une mauvaise santé buccodentaire et de nombreuses maladies chroniques, en particulier en matière de santé mentale. Cette large étude épidémiologique démontre cette association avec plusieurs maladies chroniques et donc, un fardeau de santé publique important ».

 

Proposer des contrôles buccodentaires réguliers : il s’agit certainement de mieux préserver la santé buccodentaire dans le cadre de « la santé au sens large » pour réduire le risque de maladie chronique.

 

D’autres recherches devront être menées pour décrypter les processus sous-jacents à ces nombreuses associations, concluent les chercheurs, qui insistent sur l'importance de la prévention, de l'identification précoce et du traitement de la parodontite et la nécessité d’offrir au grand public un accès élargi à des contrôles buccodentaires réguliers.

Autres actualités sur le même thème