Vous recherchez une actualité
Actualités

MÉDULLOBLASTOME : Guider plus vite son traitement chez l’Enfant

Actualité publiée il y a 5 jours 19 heures 27 min
Cancer Research
Une nouvelle approche d’évaluation de l'efficacité des thérapies qui utilise des cellules tumorales de biopsies pourrait permettre un traitement mieux personnalisé du médulloblastome (Visuel Fotolia).

Cet essai clinique du Sanford Burnham Prebys Medical Discovery Institute évalue l'approche du médulloblastome, la tumeur cérébrale pédiatrique maligne la plus courante chez l’enfant. Cet essai d’identification personnalisée du médicament mené pour le traitement d’une tumeur au cerveau d'un garçon de 8 ans, récemment diagnostiqué, révèle, dans la revue Cancer Research, tout l’intérêt de cette approche d’évaluation, qui utilise des cellules tumorales de biopsies.

 

L’équipe de La Jolla avec des collègues de la faculté de médecine de l'Université de Californie à San Diego et du Hopp Children's Cancer Center Heidelberg (KiTZ), démontre que l’approche peut être utilisée pour identifier les meilleurs candidats thérapeutiques pour traiter le médulloblastome, le cancer malin du cerveau le plus fréquent chez les enfants. L'approche qui mesure l'efficacité de ces thérapies candidates en « criblant » les médicaments in vitro sur des cellules tumorales obtenues à partir de biopsies, peut être réalisée en quelques jours seulement, ce qui en fait l’une des approches les plus rapides pour la prise de décision clinique.

Une validation de principe, un grand espoir pour ces jeunes patients

Une approche d’identification rapide de traitements personnalisés : le Dr Robert Wechsler-Reya, auteur correspondant de l'étude, professeur et oncologue à Sanford Burnham Prebys et au Rady Children's Institute for Genomic Medicine explique que ces modes de détection de médicaments personnalisés vont contribuer à l’abandon des approches standards et à l’adoption d’approches personnalisées. La méthode permet en effet d’identifier très vite les thérapies possiblement efficaces qui ne peuvent pas être prédites par d'autres méthodes. La décision clinique s’en trouve mieux personnalisée avec à la clé de meilleurs résultats pour les patients.

 

Aujourd’hui, l’approche clinique reste standard…Les efforts pour trouver des traitements personnalisés pour le médulloblastome n'ont pas été couronnés de succès à ce jour. Le médulloblastome est une tumeur complexe définie en 4 sous-groupes distincts : sous-type WN, sous-type SHH (ou Sonic hedgehog), groupe 3 et groupe 4. La plupart des patients sont traités par chirurgie -pour enlever la tumeur- suivie d'une radiothérapie et d'une chimiothérapie en dépit d’une grande variabilité des caractéristiques moléculaires selon les tumeurs. En conséquence, un tiers des cas mènent au décès et les enfants qui survivent présentent souvent des effets secondaires graves et permanents dont des troubles cognitifs sévères ainsi qu’un risque élevé de récidive.  

 

La médecine de précision a révolutionné le traitement de certains cancers :  « le criblage de médicaments va enfin permettre d’offrir un traitement personnalisé à ces enfants atteints d'un cancer du cerveau », commente le Dr John Crawford, co-auteur de l'étude et directeur du service de Neuro-Oncologie au Rady Children's Hospital de San Diego.

« Nous allons pouvoir adapter la thérapie à la tumeur de chaque patient ».

Cette nouvelle approche devrait permettre de sauver la vie d'un plus grand nombre d'enfants et de protéger les autres contre les effets secondaires dévastateurs à long terme de la chimiothérapie et de la radiothérapie.

 

La preuve de concept : dans ce cas patient précis de tumeur cérébrale chez un garçon de 8 ans récemment diagnostiqué, l’approche identifie un candidat médicament qui pourrait être efficace contre le médulloblastome du groupe 3, qui est le sous-type le plus agressif. Il s’agit de l'actinomycine D est utilisée depuis les années 1950 pour traiter d'autres cancers pédiatriques, ce qui signifie que les médecins disposent déjà de données détaillées de sécurité chez l’enfant et que des essais cliniques sont possibles à très court terme. L'actinomycine D semble fonctionner mieux que certaines chimiothérapies standard, offrant l'espoir d’améliorer le traitement actuel qui entraîne de graves effets secondaires à long terme chez les jeunes patients.

 

« Nous voulons travailler à un avenir où le médecin dira: « Vous avez un médulloblastome, voici maintenant votre plan de traitement spécifique ». L’étude suggère que c’est possible mais la validation doit encore être apportée dans un cadre clinique ».

Autres actualités sur le même thème