Vous recherchez une actualité
Actualités

MÉNINGITE NÉONATALE : L’immaturité explique la vulnérabilité du cerveau à l’infection

Actualité publiée il y a 2 mois 2 semaines 2 jours
Cell Reports
L'immaturité du microbiote intestinal ainsi que celle des barrières épithéliales jouent un rôle dans la susceptibilité des nouveau-nés à la méningite bactérienne (Adobe Stock 269254957)

Ces chercheurs de l'Institut Pasteur, de l'Inserm, de l’Université de Paris et de l'hôpital Necker-Enfants malades contribuent à expliquer la susceptibilité néonatale à la méningite à streptocoque B. L’équipe montre, sur la souris, que l'immaturité du microbiote intestinal ainsi que celles des barrières épithéliales jouent un rôle dans la susceptibilité des nouveau-nés à la méningite bactérienne due au streptocoque du groupe B. Ces résultats publiés dans la revue Cell Reports expliquent également l’incidence élevée de la maladie chez les bébés prématurés.

 

La méningite bactérienne néonatale peut être mortelle et laisser de sévères séquelles. L’incidence de la méningite bactérienne est 30 fois plus élevée chez les nouveau-nés. Souvent associée au streptocoque du groupe B, l'infection est précédée par la colonisation de l'intestin par la bactérie. Ainsi, le microbiote joue un rôle clé, par sa composition qui peut protéger contre les « mauvaises bactéries » et contribue également au développement de l'immunité.

Mais chez le nouveau-né, le microbiote est encore immature…

L’équipe de l'Institut Pasteur, en collaboration avec l'Inserm, l’Université de Paris et l'Assistance Publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) montre ici sur la souris nouveau-née que :

  • l'immaturité du microbiote intestinal du nouveau-né crée une vulnérabilité à la méningite bactérienne associée au streptocoque du groupe B. Dans un contexte d’immaturité, la bactérie responsable colonise facilement l'intestin du bébé et profitant de la perméabilité des vaisseaux sanguins de l'intestin, la bactérie se diffuse dans le sang et atteint le cerveau.
  • Les différentes barrières épithéliales (intestin et plexus choroïdes) censées protéger le cerveau ne sont pas complètement matures chez le nouveau-né, ce qui favorise l’infection du cerveau.

 

2 facteurs liés au jeune âge, l'immaturité du microbiote et des tissus épithéliaux intestinaux et choroïdiens expliquent ainsi la vulnérabilité des nouveau-nés à la méningite bactérienne due au streptocoque du groupe B, résume le Dr Marc Lecuit (PU-PH, Université de Paris, hôpital Necker - Enfant malades), responsable de l'unité Biologie de l'infection à l'Institut Pasteur et co-auteur de l’étude.

Autres actualités sur le même thème