Vous recherchez une actualité
Actualités

MÉNOPAUSE : Précoce, elle prédit le risque d'insuffisance cardiaque

Actualité publiée il y a 2 années 6 mois 3 semaines
JACC

Chez les femmes, une ménopause précoce, synonyme d’une période de fertilité plus courte, ou encore l’absence d’enfants ont ainsi un impact sur le risque cardiaque. Cette étude de l'Université De Californie, San Francisco vient ainsi confirmer dans le Journal of the American College of Cardiology, l’influence des hormones sur la santé et particulièrement sur la santé cardiaque des femmes. Une confirmation des résultats de précédentes recherches, expliqués ou explicables par le risque accru de maladie coronarienne qui accompagne la ménopause précoce.

Les chercheurs californiens ont suivi durant plus de 13 ans, 28.516 femmes ménopausées exemptes de maladie cardiovasculaire, participant à la cohorte Women's Health Initiative pour tester les associations entre le nombre total de naissances vivantes, l'âge de la première grossesse et la durée totale de la période de reproduction avec une insuffisance cardiaque incidente. Au cours du suivi, 5,2% des femmes ont été hospitalisées pour insuffisance cardiaque.


L'analyse montre que :

-la durée totale de la période de reproduction, donc un âge plus précoce à la ménopause, sont bien associés à un risque accru d'insuffisance cardiaque. Cette association est plus forte avec une ménopause naturelle plutôt que chirurgicale.

-Les femmes qui n'ont jamais accouché connaissent, en moyenne, un risque accru d'insuffisance cardiaque diastolique, un type d'insuffisance cardiaque où le côté gauche du cœur ne se détend pas suffisamment.

-Avoir un plus grand nombre d'enfants n'est aucunement associé à un risque d'insuffisance cardiaque.

Des résultats qui appellent à une évaluation plus approfondie des mécanismes liés aux effets cardio-protecteurs des hormones sexuelles chez les femmes. Et même si aujourd'hui ces mécanismes ne sont pas clairs, leur importance et leur impact sur la santé des femmes sont validés, précisent les auteurs : « Il reste encore de nombreuses questions non résolues, y compris sur les mécanismes de l'effet cardio-protecteur des œstrogènes. Des mécanismes dont on pourrait peut-être tirer parti, à l'aide de thérapies hormonales ?

23, May 2017 DOI:10.1016/j.jacc.2017.03.557 Reproductive Factors and Incidence of Heart Failure Hospitalization in the Women's Health Initiative

Plus d'études sur la Ménopause

Lire aussi : MÉNOPAUSE PRÉCOCE: Souvent associée à une fragilité cardiaqueAVC: La ménopause précoce associée à un risque cardiaque accru

Retrouvez toute l'actualité scientifique sur la Santé de la Femme sur Gynéco Blog

Autres actualités sur le même thème