Vous recherchez une actualité
Actualités

MÉNOPAUSE : Vitamine D et estradiol, un bon cocktail contre la maladie cardiaque

Actualité publiée il y a 4 mois 1 semaine 6 jours
Ménopause
L'effet synergique de la vitamine D et de l'estradiol contribue à prévenir les maladies cardiaques, les accidents vasculaires cérébraux (AVC) et le diabète, chez les femmes ménopausées

La vitamine D et l'estradiol contribuent à prévenir les maladies cardiaques, les accidents vasculaires cérébraux (AVC) et le diabète, chez les femmes ménopausées, conclut cette étude chinoise. L'étude démontre aussi, dans la revue Menopause, les effets synergiques de carences en vitamine D et en estradiol sur le développement du syndrome métabolique.

 

De précédentes études ont déjà fait valoir le rôle clé de vitamine D et les œstrogènes dans la santé osseuse, chez les femmes. Cette étude suggère que cette même combinaison pourrait aider à prévenir le syndrome métabolique, un ensemble de symptômes associé à une augmentation du risque de maladie cardiaque.

 

Le syndrome métabolique est devenu un problème majeur de santé publique

Ce trouble affecte 30 à 60% des femmes ménopausées dans le monde. La prévalence de l'obésité abdominale et des maladies cardiaques associées au syndrome métabolique augmente considérablement avec l'âge et semble être directement associée à la perte d'œstrogènes chez les femmes ménopausées. Ainsi, le traitement par estradiol est fréquemment recommandé chez les femmes ménopausées, en prévention de la maladie cardiaque.

La vitamine D a été associée à plusieurs marqueurs du syndrome métabolique, notamment l'obésité, l'hyperglycémie, la résistance à l'insuline et le diabète de type 2. Il a également été démontré qu’une supplémentation en vitamine D réduit le risque de syndrome métabolique.

 

Cette équipe émet ici l’hypothèse que la même interaction, vitamine D/estradiol pourrait inverser le risque de syndrome métabolique. L'étude menée auprès de 616 femmes ménopausées âgées de 49 à 86 ans sans supplémentation de vitamine D / calcium et d’oestrogène au début de l'essai, révèle une corrélation positive entre la vitamine D, l'estradiol et le risque de syndrome métabolique :

  • Des niveaux plus élevés de vitamine D sont ainsi associés à un profil lipidique, une tension artérielle et un taux de glucose favorables ;
  • l'estradiol est lui-aussi inversement associé au cholestérol, aux triglycérides et à la pression artérielle ;
  • les deux composés semblent exercer un rôle synergique dans le développement du syndrome métabolique chez les femmes ménopausées.

 

Ainsi de faibles niveaux en estradiol combinés à une carence en vitamine D peuvent considérablement accroître le risque cardiaque chez les femmes ménopausées, concluent les chercheurs. Cependant, une recherche plus large sera nécessaire pour démontrer l'efficacité d'une supplémentation chez des femmes ménopausées carencées.

N.B. Aux Etats-Unis, l’Endocrine Society recommande des niveaux de vitamine D de 30 ng / mL pour les femmes ménopausées.

Autres actualités sur le même thème