Actualités

MÉTABOLOMIQUE : Ses promesses dans le diagnostic médico-légal

Actualité publiée il y a 3 mois 1 semaine 5 jours
International Journal of Legal Medicine
La métabolomique ou l’étude des métabolites pourrait être un ajout de plus dans la boîte à outils d'un médecin légiste (Visuel Adobe Stock 249482480)

La métabolomique ou l’étude des métabolites pourrait être un ajout de plus dans la boîte à outils d'un médecin légiste. Post-mortem, l'analyse métabolomique du sang révèle ici des biomarqueurs du diabète de type 2, permettant de préciser ainsi le diagnostic médico-légal. Ces travaux de chercheurs et de médecins légistes de l’Université de Chiba (Japon) documentent cette avancée dans l’International Journal of Legal Medicine.

 

Les troubles métaboliques, tels que le diabète de type 2, l'acidocétose diabétique, avec l’hyperglycémie et l'hypoglycémie enfin, peuvent mettre la vie en danger mais sont difficiles à diagnostiquer post-mortem - en particulier lorsque les antécédents médicaux du patient ne sont pas disponibles avant l'autopsie. Bien que différents tests biochimiques soient actuellement utilisés pour diagnostiquer le diabète dans un contexte post-mortem, la pratique médico-légale a besoin de biomarqueurs permettant un diagnostic d’antécédents de diabète.

L'analyse métabolomique diagnostique le diabète même après la mort

Pouvoir déterminer précisément la cause du décès est l’objectif principal de l’enquête médico-légale. Connaître les antécédents médicaux du défunt peut faciliter considérablement cette tâche et même aider les médecins légistes à en déduire l'état du défunt juste avant le décès. Cependant, ces données ne sont pas toujours disponibles, comme dans le cas d'une maladie non diagnostiquée.

 

La métabolomique, qui étudie les métabolites tels que les sucres, les acides aminés et les lipides dans les systèmes biologiques, est un outil émergent prometteur dans le domaine de la médecine de précision. L'analyse métabolomique est aujourd’hui utilisée dans le diagnostic de maladies complexes allant du cancer colorectal à la dépression. Cependant, elle trouve aujourd’hui ces applications chez des patients vivants. Cette équipe japonaise montre également ses avantages dans le diagnostic post-mortem, et dans ce cas, dans le diagnostic des troubles métaboliques.

 

Une signature métabolomique pour le diagnostic médico-légal du diabète : l’étude d’autopsie, menée auprès de 10 personnes diabétiques décédées et de 10 personnes témoins exemptes de diabète avant leur décès, montre que l’analyse métabolomique d’échantillons de sang post-mortem révèle que é classes de lipides, la sphingomyéline et les plasmalogènes, apparaissent à des niveaux significativement plus faibles, tandis que les lysophospholipides à des niveaux plus élevés chez les sujets diabétiques décédés. L’analyse conclut donc à une signature métabolomique pour le diagnostic médico-légal du diabète.

 

Ces travaux illustrent l’intérêt de cette nouvelle discipline, ici en médecine légale, et avec des applications possibles, selon les chercheurs, dans le diagnostic post-mortem. Au-delà, la métabolomique appliquée aux prélèvements post-mortem pourrait nous apporter de nouvelles informations sur le diagnostic et le traitement de nombreuses maladies.

Autres actualités sur le même thème