Vous recherchez une actualité
Actualités

MICROBIOME INTESTINAL : Mis à mal par 50% des médicaments utilisés

Actualité publiée il y a 1 semaine 3 jours 14 heures
UEG Week
La moitié des médicaments couramment utilisés affectent profondément le microbiome

Quelques études récentes ont révélé l'influence du microbiote sur la réponse de l’hôte à certains médicaments. Cette étude évalue les effets des médicaments sur le microbiote intestinal et montre que la moitié des médicaments couramment utilisés affectent profondément le microbiome. Ainsi, si l’on connaissait déjà bien les effets des antibiotiques sur le microbiote, les inhibiteurs de la pompe à protons (IPP), la metformine et les laxatifs ont également des effets redoutables. Ces nouvelles données, présentée à l’UEG (United European Gastroenterology) Week 2019 révèlent également que les antibiotiques ne sont pas les seuls médicaments à favoriser l’émergence d’une résistance aux antimicrobiens.  

 

Le microbiote intestinal est constitué par la population microbienne vivant dans l'intestin. Le microbiote contient des dizaines de milliards de micro-organismes, dont au moins 1.000 espèces différentes de bactéries connues. Sa composition en différentes communautés bactériennes -ou structure taxonomique- est influencée par un certain nombre de facteurs dont font partie les médicaments. Le microbiome a fait l’objet de recherche croissante ces 15 dernières années rapportant le lien entre des modifications du microbiote et le développement de l’obésité, du diabète, de maladies hépatiques, de cancers et même de maladies neurodégénératives (axe intestin-cerveau).

18 classes thérapeutiques couramment utilisées affectent la structure taxonomique du microbiome

Les chercheurs des Université de Groningue et de Maastricht (Pays Bas) ont examiné 41 classes de médicaments couramment utilisées et évalué 1.883 échantillons de selles de patients atteints de maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), de patients atteints du syndrome du côlon irritable et de témoins en bonne santé. Les chercheurs ont comparé les profils taxonomiques et métaboliques des consommateurs de médicaments vs ceux qui n’en consommaient jamais. L'analyse a été faite médicament par médicament, et pour des combinaisons de médicaments. L’objectif de l’étude était de vérifier si les changements observés dans le microbiote, liés à la prise des médicaments, pouvaient augmenter le risque d'infections intestinales, d'obésité et d'autres affections liées au microbiome intestinal.

 

L’analyse révèle :

Les catégories de médicaments qui ont le plus grand impact sur le microbiome :

  • les inhibiteurs de la pompe à protons (IPP) indiqués pour traiter la dyspepsie, l'ulcère peptique, l'éradication de H. Pylori, le reflux gastro-intestinal et l'œsophage de Barrett ;
  • la metformine utilisée comme traitement du diabète de type 2 ;
  • les antibiotiques, bien sûr, utilisés pour traiter les infections bactériennes ;
  • les laxatifs, utilisés pour traiter et prévenir la constipation.

 

Le microbiote intestinal des utilisateurs d'IPP présente notamment une abondance accrue de bactéries du tractus gastro-intestinal supérieur et une production accrue d'acides gras, tandis que le microbiote des utilisateurs de metformine présente des niveaux plus élevés de bactéries Escherichia coli (E. coli) nocives.

Enfin, l’exposition à ces différents médicaments, IPP, metformine, antibiotiques et laxatifs concerne respectivement 11 à 24%, 10%, 34% et 17% de la population adulte européenne.

 

 

7 autres classes thérapeutiques sont associées à des changements significatifs dans les populations bactériennes de l'intestin, dont :

  • L’utilisation d’antidépresseurs ISRS (inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine) par les personnes atteintes du syndrome du côlon irritable est associée à une abondance d'espèces de bactéries potentiellement dangereuses, Eubacterium ramulus ;
  • l'utilisation de stéroïdes oraux est associée à des taux élevés de bactéries méthanogènes, associés à l'obésité et à une augmentation de l'IMC.

 

 

L’auteur principal, Arnau Vich Vila, commente ces résultats : « nous savons déjà que l'efficacité et la toxicité de certains médicaments sont influencées par la composition bactérienne du tractus gastro-intestinal et que le microbiote intestinal est associé à de multiples problèmes de santé. Il est essentiel de comprendre quelles sont les conséquences de l’utilisation de chaque médicament sur le microbiome intestinal. Le rôle du microbiote intestinal doit également être pris en compte lors de la conception et la prescription des traitements. En effet, cet effet de médiation pourrait expliquer certains des effets secondaires associés à l’utilisation des médicaments actuels ».

Autres actualités sur le même thème