Vous recherchez une actualité
Actualités

MICROBIOTE et bonne humeur : Un prébiotique plutôt qu'un anxiolytique

Actualité publiée il y a 4 mois 3 semaines 5 jours
Scientific Reports
C'est un complément alimentaire simple et sûr capable d’améliorer la santé mentale et le bien-être en favorisant l'abondance de bactéries intestinales bénéfiques (Visuel Adobe Stock 298134138)

Un complément alimentaire simple et sûr capable d’améliorer la santé mentale et le bien-être en favorisant l'abondance de bactéries intestinales bénéfiques dans le microbiote, plutôt qu’un médicament anxiolytique ? C’est la proposition de cette équipe de l’Université de Surrey qui montre que la consommation de ce supplément prébiotique, une fois par jour, a un impact positif significatif sur les niveaux d'anxiété. Ce faisant, l’étude, publiée dans les Scientific Reports contribue à la preuve et au rôle clé de l’axe intestin-cerveau.

 

Au départ, l’équipe britannique souhaitait regarder l'effet de différents prébiotiques sur l'humeur et les niveaux de bien-être. L'étude, menée auprès de  jeunes adultes, âgés de 18 à 25 ans, montre que les participants ayant pris une dose quotidienne de prébiotiques ont bénéficié d’une baisse de leurs niveaux d'anxiété-en plus d'une amélioration de leur santé intestinale.

Un progrès dans la gestion de la santé mentale-et intestinale !

L’étude a suivi 64 participants en bonne santé exempts de tout diagnostic clinique actuel ou antérieur d'anxiété. Les participants ont reçu une dose quotidienne de prébiotique galacto-oligosaccharide (GOS) ou un placebo pendant 28 jours. Les participants ont renseigné par questionnaire leurs perceptions concernant leur santé, l'humeur, l'anxiété et la qualité de leur sommeil, et ont fourni un échantillon de selles pour analyse du microbiome intestinal.

 

  • L’analyse révèle une amélioration à la fois de l’humeur et de la santé intestinale chez les participants du groupe d’intervention.

 

L’auteur principal, le Dr Kathrin Cohen Kadosh, chercheur en neurosciences cognitives à l'Université de Surrey relève « une étape significative dans la gestion de la santé mentale -et intestinale ».

Autres actualités sur le même thème