Vous recherchez une actualité
Actualités

MICROBIOTE : La fibre de lin, la meilleure des fibres pour l’intestin ?

Actualité publiée il y a 4 mois 1 semaine 14 heures
American Journal of Physiology: Endocrinology and Metabolism
La fibre de lin qui fermente dans l'intestin pourrait améliorer la santé et réduire l'obésité

La fibre de lin qui fermente dans l'intestin pourrait bien améliorer la santé et réduire significativement l'obésité : cette étude menée chez la souris montre que cette fibre en particulier augmente les « bonnes » bactéries et les acides gras bénéfiques dans l’intestin. Des conclusions présentées dans l’American Journal of Physiology : Endocrinology and Metabolism qui révèlent une option naturelle, par le régime alimentaire, pour améliorer la santé métabolique et lutter contre la prise de poids.

 

De nombreuses études ont déjà suggéré que « ces organismes » qui vivent dans le tube digestif ou microbiote intestinal jouent un rôle dans la régulation du poids et dans la façon dont l'organisme traite le sucre (tolérance au glucose). La décomposition des fibres alimentaires dans l'intestin ou fermentation entraîne des modifications favorables du système digestif, telles qu'une augmentation des acides gras bénéfiques, permettant de réduire la production de tissu adipeux et d'améliorer la fonction immunitaire. Ici, l’étude se concentre sur la graine de lin, riche en fibres dont il a déjà été prouvé qu'elle peut améliorer le taux de cholestérol et l'inflammation du côlon. Cependant, peu de recherches avaient encore été menées sur la fermentescibilité de la graine de lin et sur l'effet de la fibre de lin sur le microbiote intestinal.

 

C’est chose faite avec cette étude, menée sur la souris, soumise à 4 régimes différents :

  • un régime alimentaire standard contenant 4,6% de fibres de soja (groupe témoin) ;
  • un régime riche en graisses ne contenant pas de fibres (régime riche en graisses) ;
  • un régime alimentaire riche en matières grasses contenant 10% de fibres de cellulose non digestibles (régime à base de cellulose) ;
  • un régime riche en graisses contenant 10% de fibres de lin (régime graines de lin).

 

L'équipe de recherche a mesuré la quantité d'oxygène utilisée par les souris, le dioxyde de carbone produit, les aliments et l'eau consommés et l'énergie dépensée. La tolérance au glucose a également été évaluée à la fin de l'essai, d’une durée de 12 semaines. Les chercheurs ont également analysé le microbiote des animaux. Ces différentes données et analyses révèlent que :

  • le groupe « régime riche en graisses » présente moins de bactéries associées à une amélioration de la santé métabolique, des niveaux plus bas d’acides gras bénéfiques et davantage d’une bactérie liée à l’obésité par rapport aux autres groupes ;
  • les niveaux de bactéries dans les groupes « cellulose » et « graine de lin » sont revenus à des niveaux plus sains par rapport au groupe « régime riche en graisses » ;
  • le groupe « graines de lin » se montre plus actif physiquement et sa prise de poids est réduite par rapport au groupe « régime riche en graisses » ;
  • le groupe « graines de lin » bénéficie aussi d’un meilleur contrôle de la glycémie et de niveaux d'acides gras bénéfiques comparables à ceux du groupe témoin sain ;
  • l’examen des microbiotes révèle que, dans le groupe « graines de lin », les bactéries présentent des fibres de ferment provenant de la couche épaisse et collante de la coque de lin. Les bactéries qui effectuent la fermentation produisent alors des acides gras bénéfiques.

 

 

La supplémentation en fibres de lin affecte le métabolisme de manière bénéfique, en augmentant la dépense énergétique et en réduisant la prise de poids, ainsi qu'en améliorant la tolérance au glucose.

Il faudra encore comprendre la contribution relative des différents microbes et les mécanismes sous-jacents de cet effet des fibres de lin sur le métabolisme de l’hôte, mais le résultat est bien là, soulignent les chercheurs.

Autres actualités sur le même thème