Vous recherchez une actualité

Actualités

MICROBIOTE : Nouvelles preuves des bénéfices des fibres contre l’obésité

Actualité publiée il y a 2 semaines 6 jours 21 heures
Cell Host & Microbe
c’est en restaurant l'expression de la protéine interleukine-22 (IL-22), que les fibres fermentescibles favorisent cette croissance de « bonnes » bactéries dans le côlon

Les fibres alimentaires protègent contre l'obésité et le syndrome métabolique, confirme cette étude de la Georgia State University. Mais ici, l’équipe décrypte le processus sous-jacent à cet effet bénéfique : c’est en restaurant l'expression de la protéine interleukine-22 (IL-22), que les fibres fermentescibles favorisent cette croissance de « bonnes » bactéries dans le côlon et peuvent empêcher le développement du syndrome métabolique induit par un régime riche en graisses.

 

Le syndrome métabolique est un ensemble de conditions étroitement liées à l'obésité qui comprend l'augmentation de la pression artérielle, l'hyperglycémie, l'excès de graisse corporelle en particulier abdominale et des niveaux anormaux de cholestérol ou de triglycérides. Lorsque ces facteurs sont réunis, le risque de maladie cardiaque, d'accident vasculaire cérébral et de diabète est accru. L'obésité et le syndrome métabolique ont déjà été documentés comme associés à des altérations du microbiote intestinal. Ces altérations peuvent être causées par des habitudes alimentaires malsaines, en particulier par un régime alimentaire trop pauvre en fibres. De précédentes études ont ainsi montré qu'un régime riche en graisses détruit le microbiote intestinal et réduit la production de cellules épithéliales qui tapissent la muqueuse intestinale.

 

Cette étude démontre que l'inuline fermentescible restaure la santé intestinale et permet de protéger des souris contre le syndrome métabolique induit par un régime riche en graisses. L'inuline fermentescible restaure les niveaux de bonnes bactéries, en augmentant la production de cellules épithéliales intestinales et en restaurant l'expression de la protéine interleukine-22 (IL-22). L’IL 22 empêche les bactéries du microbiote intestinal d'envahir les cellules épithéliales. De plus avec l’inuline, la taille des cellules graisseuses est diminuée, les taux de cholestérol abaissés et la dysglycémie réduite.

 

Réguler la teneur en fibres alimentaires, en particulier en ajoutant des fibres fermentescibles, peut protéger contre le syndrome métabolique, explique l’auteur principal, le Dr Andrew Gewirtz, professeur à l'Institut des sciences biomédicales de l'État de Géorgie. « Nos résultats contribuent à la compréhension des mécanismes qui sous-tendent l'obésité induite par l'alimentation et de l’effet protecteur des fibres fermentescibles.

 

Compléter un régime trop riche par de l'inuline restaure le microbiote intestinal :  c’est bien le cas chez les souris nourries avec un régime riche mais pas chez les souris nourries avec un régime équilibré. Chez les souris nourries avec un régime riche et qui ne reçoivent pas de fibres, les chercheurs confirment le développement d’une inflammation de bas grade et d’un syndrome métabolique.

Et le retour à un régime alimentaire « équilibré » restaure la masse microbiotique dans le côlon.

Autres actualités sur le même thème

Pages