Vous recherchez une actualité
Actualités

MIGRAINE : Lorsque CLOCK se heurte au stress financier

Actualité publiée il y a 2 années 8 mois 3 semaines
European College of Neuropsychopharmacology
La migraine touche 1 milliard de personnes à travers le monde.

La migraine est une maladie neurologique grave et débilitante qui touche 1 milliard de personnes à travers le monde. Le stress financier est associé à la migraine, chez les sujets porteurs de certaines variantes de gènes circadiens spécifiques, conclut cette recherche présentée au 30è Congrès de l’European College of Neuropsychopharmacology. Au centre de ces résultats, qui pour la première fois impliquent dans la migraine la génétique des rythmes circadiens, le gène CLOCK, bien connu comme impliqué dans notre horloge biologique.

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

 

Ainsi, les personnes porteuses d’une variation spécifique dans le gène CLOCK ont plus de migraines sous stress financier. Une nouvelle donnée qui permet d’éclaircir le contexte très complexe de l’incidence des migraines, qui implique un grand nombre de gènes et leur interaction avec les facteurs environnementaux, et se développe par des voies multiples dans le système nerveux central. Les variations des gènes circadiens, qui affectent la façon dont le corps contrôle et répond aux changements environnementaux dont les changements de lumière ont déjà été documentées comme affectant l'humeur, ces travaux les associent également à la migraine.

 

Ces chercheurs de Hongrie et du Royaume-Uni ont mené cette étude chez 999 patients de Budapest et 1.350 de Manchester, autour de 2 variantes SNP ((polymorphismes nucléotidiques simples) du gène CLOCK. On sait que le gène CLOCK a un rôle clé dans la régulation de nombreux modèles rythmiques du corps, dont la température corporelle et le niveau de l’hormone de stress cortisol. L’analyse génétique révèle

  • L’absence de lien direct important entre le gène CLOCK et la migraine,
  • mais après prise en compte du stress financier, tel qu’évalué par questionnaire, le lien entre certaines variantes du gène et un risque accru de 20% de maux de tête.
  • Ce polymorphisme à un seul nucléotide dans le gène CLOCK apparaît capable d'influencer la quantité de protéine codée par le gène et donc de nuire aux processus qui peuvent empêcher la migraine face au stress.

 

 

Il n'y a pas de cause unique à la migraine, précisent les auteurs, mais ces résultats illustrent les effets du stress et de la génétique. Le stress ici lié à des difficultés financières conduit à une augmentation de la migraine chez les sujets porteurs d’une variante particulière. Les chercheurs vont donc regarder si d'autres variantes de gènes circadiens en association avec différents facteurs de stress provoquent le même effet.

Un même effet dans deux groupes d'étude indépendants : l’étude menée sur 2 groupes de participants, un à Budapest et un à Manchester, aboutit à cette même association pour les 2 groupes, ce qui suggère la force de cette association. De plus, les variantes de gènes étudiées sont présentes dans environ 1/3 de la population.

 

Enfin, l’étude confirme aussi une évidence mais à prévalence croissante : pour beaucoup de personnes, le stress causé par les soucis financiers peut affecter la santé physique. Au-delà, l'étude démontre comment un facteur de risque environnemental n'exerce son effet qu'en présence d'un facteur de risque génétique donné.

Autres actualités sur le même thème